Trump à Bruxelles pour un sommet de l’Otan sous haute tension

Claudine Rigal
Juillet 11, 2018

Pour Donald Trump, la répétition joue un rôle de validation. "Qui l'eût cru? Qui l'eût cru?", a dit le président devant la Maison-Blanche avant son départ.

Le président américain se rend au siège de l'OTAN, puis à Londres, cette semaine, avant un sommet avec Poutine.

"Air Force One", le Boeing 747 présidentiel bleu et blanc, s'est posé à 21h03 sur les pistes de l'aéroport de Bruxelles-National, avant de se diriger vers le terminal fret Brucargo, où M. Trump a été accueilli par le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Belgique, Ronald Gidwitz, son ambassadrice à l'Otan, Kay Bailey Hutchison, son ambassadeur auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, ainsi que par la cheffe du protocole des Affaires étrangères, Françoise Gustin, a constaté l'agence Belga.

"Peu avant son arrivée à Bruxelles, il a, depuis l'avion présidentiel Air Force One, enfoncé le clou, allant jusqu'à suggérer que les pays qui ne respectent pas leurs engagements " remboursent " aux États-Unis, alors que la notion même d'arriérés n'existe pas dans le fonctionnement de l'Alliance". Will they reimburse the U.S.?

Pendant la campagne présidentielle, Donald Trump s'en prend à l'OTAN, jugée " obsolète " (24 mars 2016), stigmatise les faibles dépenses de défense de ses alliés européens, mais ne mentionne pratiquement pas l'UE, sauf pour stigmatiser ses " leaders faibles " après des attentats (26 décembre 2015). Les Etats-Unis dépensent bien plus que tout autre de ces pays pour les protéger. Les 29 membres de l'Otan se sont engagés à consacrer 2% de leur PIB à leurs dépenses pour la Défense en 2024.

Il a encore tweeté mardi à ce sujet: "Prêt à partir pour l'Europe".

"De nouveaux chiffres publiés mardi semblent confirmer l'argumentation du président américain, sept pays seulement - le Royaume-Uni, la Grèce, la Lettonie, l'Estonie, la Pologne, la Lituanie et la Roumanie - devant atteindre en 2018 l'objectif de 2 % du PIB en dehors des États-Unis". Monsieur le Président, n'oubliez pas cela demain, lorsque nous nous réunirons au sommet de l'Otan, mais surtout lorsque vous rencontrerez le président Poutine à Helsinki.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL