Une EdF moche, Martinez s'explique — Belgique

Solenn Plantier
Juillet 19, 2018

Mais loin de lui l'idée de critiquer les Champions du monde.

L'interview-bilan de Roberto Martinez parue aujourd'hui dans Sport/foot Magazine lève un coin du voile sur les mois à venir chez les Diables.

Roberto Martinez justifie cette attitude pour une seule raison: la finale perdue de l'Euro 2016. Non, on a perdu sur un corner.

Lors de cette demi-finale perdue par les Diables (1-0), il estime ne pas avoir perdu tactiquement face à son homologue français Didier Deschamps. "Car la France était mise en place pour exploiter la vitesse de (Kylian) Mbappé, mais ce plan ne nous a jamais vraiment mis en difficulté".

"La France n'attendait que ça: que l'on mette davantage de joueurs en attaque". La France a été très marquée par la finale perdue il y a deux ans et les joueurs étaient prêts à faire des sacrifices. Il fallait écarter le jeu, c'est pourquoi j'ai introduit Yannick Carrasco et Dries Mertens afin de créer de l'espace. Cette défaite autorise les Bleus à être heureux malgré une performance plutôt moche (en Russie, NDLR). Quand vous voyez le marquage individuel en possession de balle de (Antoine) Griezmann, (Olivier) Giroud ou de (Paul) Pogba sur (Marouane) Fellaini, c'est éloquent.

Roberto Martinez ne compte pas s'inspirer de la France: "Non". "Ce ne serait plus la Belgique", pense le T1.

Décidément, la façon de jouer des Bleus pendant la Coupe du monde fait beaucoup parler en Belgique. Et je ne pense pas non plus que laisser le ballon à l'adversaire nous offre des garanties de succès à long terme. Je ne choisirai jamais cette option-là, a enchaîné l'ancien manager du club d'Everton. "Ce ne serait pas très intelligent pour les générations futures d'abandonner notre manière de jouer", a déclaré notre sélectionneur.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL