Une journaliste accusant Justin Trudeau de l'avoir "pelotée" sort de son silence

Claudine Rigal
Juillet 8, 2018

La journaliste en question a confirmé vendredi que "l'incident" avait bien eu lieu mais qu'elle n'a jamais souhaité donné suite.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Paris en avril 2018 pour préparer le G7 avec Emmanuel Macron.

Un article non signé du journal local Creston Valley Advance, qui a refait surface récemment, accusait en 2000 Justin Trudeau, alors âgé de 28 ans et dépourvu de responsabilités politiques, d'avoir " peloté " une journaliste lors d'un festival de musique à Creston, en Colombie-Britannique (ouest du Canada). L'ancienne journaliste précise que le communiqué a été " rédigé à contrecœur, en réponse à la pression médiatique croissante ".

Le texte paru à l'époque ne nommait pas la journaliste et ne donnait pas d'autres détails sur le ou les gestes reprochés à Justin Trudeau.

Elle explique que M. Trudeau s'est excusé le lendemain de l'incident et qu'elle ne compte pas aller plus loin, ajoutant n'avoir eu aucun contact ultérieur avec Justin Trudeau, " ni avant ni après qu'il soit devenu premier ministre ". "Le débat, s'il continue, se poursuivra sans moi".

"Le Premier ministre canadien avait réagi pour la première fois publiquement à cette accusation dimanche dernier lors d'un passage à Regina (Saskatchewan) à l'occasion de la fête nationale du Canada". "Je me souviens bien de cette journée à Creston (.)".

Certains ont depuis exigé une enquête indépendante sur le comportement allégué de M. Trudeau, qui a écarté l'allégation alors qu'il se proclame lui-même féministe et qu'il affiche une "tolérance zéro" pour tout comportement inapproprié de ses députés. J'ai passé une bonne journée ce jour-là.

" Je suis convaincu de ne pas avoir agi de façon inappropriée, mais je crois que ce qu'il faut retenir de tout cela est que les gens peuvent avoir une vision différente de leurs interactions avec les autres", a expliqué M. Trudeau depuis Calgary.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL