Affaire Benalla: 150 manifestants à Paris pour "aller chercher Macron"

Claudine Rigal
Août 1, 2018

L'affaire Benalla a créé "une sorte de dégât". Récemment interrogé dans les colonnes du journal français, le JDD, celui qui appelle Emmanuel Macron " le patron ", a accepté de revenir sur les conséquences de cette journée.

Cette enquête Ifop montre que sa cote de popularité a légèrement reculé, passant de 40 à 39% de satisfaits.

"Avec seulement 39% de personnes interrogées se disant "satisfaites" de son action en tant que Président, il perd un point par rapport au mois précédent". Avec 32% d'opinions favorables et 60% qui expriment une opinion contraire, Emmanuel Macron est à son plus bas niveau dans ce baromètre depuis septembre 2017.

Ce sondage a été réalisé en ligne du 18 et 27 juillet auprès d'un échantillon de 1.981 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Dans ce moment de communion nationale, elle progresse de 8 points, (49% de confiance) et bénéficie d'un regard plus positif qu'en juin dernier de la part de Français quel que soit leur proximité partisane: +6 chez les proches de la France Insoumise (41%), +6 chez ceux du PS (57%), +10 à LaREM (79%), +7 parmi les sympathisants LR (46%). L'effet Coupe du monde a été limité.

L'année 2018 s'avère plutôt compliquée pour l'image du chef de l'Etat qui perd finalement 11 points dans les sondages de satisfaction depuis janvier.

"Les présidents ne souffrent généralement pas d'un déficit de popularité avant la rentrée, l'été étant propice à un meilleur état d'esprit des Français".

L'affaire n'a pas pour autant entraîné de décrochage du chef de l'État: à la même époque de leur mandat, la popularité du socialiste François Hollande était plus basse (27%) et celle du président de droite Nicolas Sarkozy (38%) comparable à la sienne dans les enquêtes de l'Ifop.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL