Au moins 22 morts dans l’effondrement d’un viaduc autoroutier — Italie

Xavier Trudeau
Août 15, 2018

Selon les secours, il y aurait des dizaines de victimes, dont au moins 22 morts.

Par ailleurs, le gouvernement italien a annoncé mercredi qu'il envisageait de révoquer la concession de la société gérant l'autoroute où se trouve le viaduc qui s'est effondré à Gênes.

Il devait se rendre en compagnie des trois autres victimes à un festival de techno dans le sud de l'Italie.

Trois ressortissants français figurent parmi les victimes, selon le Quai d'Orsay (Le Centre de crise et de soutien est joignable au 01.53.59.11.00).

L'espoir de retrouver des survivants s'amenuisait ce mercredi à Gênes, dans le nord de l'Italie, où deux jours de deuil ont été déclarés après l'effondrement d'un pont autoroutier qui a fait au moins 39 morts et poussé le gouvernement à menacer la société autoroutière. Et toujours selon La Repubblica, "plus de 300 ponts ou tunnels présenteraient aujourd'hui de graves anomalies". Luigi Di Maio, vice-Premier ministre et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste), a accusé Autostrade per l'Italia, la société concessionnaire de l'essentiel des 6.000 km d'autoroutes du pays, filiale du groupe Atlantia, d'être responsable de la catastrophe, la pire en Europe depuis cinq ans, pour ne pas avoir effectué la maintenance nécessaire.

Une des quatre Français décédés hier dans l'effondrement du pont Morandi à Gênes est William Pouzadoux. Les autorités souhaitent aussi la démission des dirigeants de cette société, Autostrade per l'Italia, et vont réclamer une amende pouvant atteindre 150 millions d'euros, a annoncé sur Facebook le ministre des Infrastructures et des Transports Danilo Toninelle.

Selon les pompiers, l'accident s'est produit vers midi.

L'effondrement soudain et encore inexpliqué de cet ouvrage massif en béton des années 1960 a précipité environ 35 voitures et quelques camions dans le vide, d'une hauteur de 45 mètres. "Je ferai tout pour avoir les noms et les prénoms des responsables passés et présents".

"On ne perd pas l'espoir de retrouver des survivants ", confiait au petit matin Emanuele Gissi, commandant adjoint des pompiers de la région Piémont.

"Sur certaines zones, après une première phase où les cavités ont été explorées par les personnels, nous faisons intervenir maintenant des pelleteuses pour déplacer les morceaux de béton les plus volumineux pour retrouver des victimes", a-t-il expliqué. Le gouvernement italien indique que l'Italie devrait dépenser davantage pour ses infrastructures, quitte à ne pas respecter les règles budgétaires européenne.

M. Salvini, chef de la Ligue (extrême droite) et lui aussi vice-Premier ministre, est attendu dans l'après-midi sur le site de l'effondrement, le plus meurtrier en Europe depuis 2001.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL