Facebook aura-t-il bientôt accès à vos données bancaires ?

Xavier Trudeau
Août 8, 2018

Ces derniers mois, Facebook a approché de grandes banques américaines pour leur demander de partager les données de leurs clients, afin de proposer de nouveaux services à ses usagers. Facebook aimerait que la gestion et la consultation quotidienne des comptes puisse se faire directement depuis Facebook via un assistant Messenger. Selon une source proche du dossier citée par l'AFP, Chase aurait mis fin à ces négociations. Quant à Chase, l'une de ses porte-paroles a déclaré au Wall Street Journal " Nous ne partageons pas les données des transactions effectuées par nos clients (.) et avons par conséquent rejeté certaines propositions.

Par ailleurs, en échange de la transmission de ces informations, qui violerait la confidentialité des transactions, Facebook proposerait par exemple de placer des offres des différents établissements bancaires ou de leur accorder un accès privilégié pour adapter au mieux celles-ci sur Messenger, qui se targue de réunir 1,3 milliard d'utilisateurs. Le roi des réseaux sociaux souhaitait en toute simplicité avoir des informations sur toutes les transactions financières effectuées par carte bancaire et connaître les soldes des comptes courants de clients.

"Les comptes courants liés aux pages Facebook permettent à leurs propriétaires de recevoir en temps réel des actualisations sur Messenger et peuvent ainsi garder en mémoire les données de leurs transactions, comme des reçus de caisse, les dates de livraisons et le solde de leurs comptes courants". "Nous n'utilisons pas ces informations à des fins publicitaires", a-t-elle encore défendu. Facebook est accusé de laxisme pour avoir laissé filer les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs au profit de cette société britannique d'analyse, qui a exploité ces précieuses données à des fins politiques, en se mettant au service du candidat Donald Trump lors de la campagne présidentielle américaine en 2016.

Sans confirmer ni infirmer les informations, une porte-parole de Citi a indiqué à l'AFP que l'établissement avait "régulièrement" des discussions sur de "potentiels" partenariats.

Le plus grand réseau social du monde fait de nouveau parler de lui. Contactée par l'Agence France-Presse, Citigroup n'a pas donné suite, tandis que Wells Fargo n'a pas souhaité faire de commentaire.

Pour les établissements bancaires traditionnels, une telle proposition n'est pas évidente à refuser.

Un partenariat avec Facebook permettrait aux banques de combler le fossé grandissant avec les start-ups spécialisées dans la finance, qui séduisent les milléniaux. Les plus technophiles se tournent quant à eux vers les néo-banques, des structures qui ne sont pas adossées à des groupes traditionnels.

Facebook n'a en revanche pas précisé quelle utilisation il entendait faire des données demandées, selon la source. En théorie, Facebook devrait donc obtenir votre accord pour obtenir vos données et un simple partenariat avec votre banque ne suffirait pas.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL