Kevin Mayer face à son échec — Athlétisme

Pierre Vaugeois
Août 9, 2018

Avec un 0 pointé sur la deuxième épreuve du décathlon, le Français, champion du monde en titre, ne peut plus rien espérer. Car Kevin Mayer incarnait évidemment l'une des principales chances de médailles tricolores. Mais le vice-champion olympique ne pensait sûrement pas en être victime dès le 2e de ses dix travaux à Berlin alors que le sacre européen lui tendait les bras faute de concurrents à sa mesure. Selon lui, "il n'a pas voulu (se) brider" et a fait "un premier essai qui est très, très loin, en mordant". Il augmentait à chaque fois, je reculais à chaque fois mes marques de plus d'un pied, c'est immense, et au dernier je ne m'imaginais pas une seconde mordre parce que, par rapport au premier où j'avais mordu d'un centimètre, j'avais reculé de deux pieds et demi. Ce n'est pas facile pour moi. Je sais que je vais m'en relever, et j'espère que personne ne m'en veut. J'essaye de tout donner pour que ce sport soit mis en lumière.

A noter que tous les Français ont mordu sur leurs trois essais, ce qui n'était encore jamais arrivé. Grand favori pour la victoire, le champion du monde en titre a signé un catastrophique zéro au saut en longueur. Un choix qu'il assume parfaitement. Je me suis exprimé en longueur, ça n'a jamais été aussi loin. Tout ceux qui me diront que j'aurais dû assurer un saut, ils ont peut-être raison. Pourtant, je me suis fait trop plaisir à sauter. "Je n'ai jamais regardé la planche, ce n'est pas aujourd'hui que j'allais commencer". "Je pouvais sauter huit mètres, quand on a ça dans les jambes on ne peut pas se dire de courir doucement pour assurer", a commenté Mayer au micro de France 2.

Mayer, qui a préféré abandonner pour "reposer son corps", hésite à participer au Décastar de Talence, mi-septembre. Ce rendez-vous n'était pas prévu à son programme initialement. "J'avais prévu toutes mes vacances, ça fait deux ans que j'attendais ces vacances, explique-t-il, en pleine reflexion. Je n'ai pas l'impression de mériter de vacances, mais je n'ai pas envie de retourner à l'entrainement. J'ai vécu des moments exceptionnels grâce à cela, je suis en train de vivre les pires".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL