L’effondrement d’un viaduc fait au moins 38 morts

Xavier Trudeau
Août 16, 2018

L'espoir de retrouver des survivants s'amenuisait ce mercredi à Gênes, dans le nord de l'Italie, où deux jours de deuil ont été déclarés après l'effondrement d'un pont autoroutier qui a fait au moins 39 morts et poussé le gouvernement à menacer la société autoroutière.

Malgré les efforts incessants des secouristes dans l'amas de béton et de ferraille gisant en contrebas du pont, le bilan n'a pas beaucoup évolué dans la journée de mercredi: 39 morts et 16 blessés, dont neuf dans un état grave, ainsi que plusieurs disparus. Trois enfants (âgés de 8,12 et 13 ans) figurent parmi les victimes. Les quatre Français sont originaires d'Occitanie, a indiqué mercredi la présidente de la région Occitanie Carole Delga.

11h09: "Le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères confirme avec tristesse la présence de trois ressortissants français parmi les victimes de la catastrophe de Gênes. Nous adressons à sa famille toutes nos condoléances", annonce le Quai d'Orsay dans un communiqué.

Le journal italien rapporte que les jeunes amis étaient partis de Montpellier (Hérault) pour se rendre à un teknival en Sardaigne.

"Nous n'excluons pas cette possibilité (de retrouver des survivants), mais l'espoir est mince", confiait à l'AFP Luciano Roncalli, inspecteur des pompiers arrivé mardi de la région de Milan. Selon les autorités locales, il se serait effondré vers 12 heures, jetant une vingtaine de véhicules dans le vide. L'effondrement soudain de cet ouvrage massif, appelé pont Morandi du nom de son concepteur, a précipité environ 35 voitures et quelques camions dans le vide d'une hauteur de 45 mètres. Le ponte Morandi, un pont autoroutier qui traverse les quartiers périphériques de Sampierdarena et Cornigliano, a été inauguré à la fin des années 1960. Luigi Di Maio, vice-Premier ministre et chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S, populiste), a accusé Autostrade per l'Italia, la société concessionnaire de l'essentiel des 6.000 km d'autoroutes du pays, filiale du groupe Atlantia, d'être responsable de la catastrophe, la pire en Europe depuis cinq ans, pour ne pas avoir effectué la maintenance nécessaire.

Le 15 août, après un Conseil des ministres extraordinaire, le chef du gouvernement, Giuseppe Conte, a fait savoir lors d'une conférence de presse: "Nous avons déjà annoncé que nous allions lancer la procédure de révocation de la concession de la société Autostrade".

Des travaux de consolidation sur la base du viaduc étaient en cours au moment de la catastrophe.

L'autoroute A10, "l'autoroute des fleurs", relie Gênes à Vintimille, à la frontière française.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL