La langue de bois, il ne connaît pas — Eddy Mitchell

Pierre Vaugeois
Août 21, 2018

Pour la première fois, Eddy Mitchell, Pierre Richard et Roland Giraud partagent l'affiche d'un film très pimenté, "Les Vieux Fourneaux".

"Ne me parlez pas de La La Land, de Damien Chazelle, cet immense nanar!" Le film m'a fait mourir de rire: Emma Stone est moche comme un pou, Ryan Gosling a les pieds plats. Mais s'il se moque gentiment de Johnny Hallyday, Eddy Mitchell s'est montré beaucoup moins tendre avec Jean-Luc Godard: "Si Godard fait du cinéma, alors moi, je suis la femme à barbe!".

Le film qui a glané six Oscars - dont celui de meilleur réalisateur et meilleure actrice - en 2017, ne risque donc pas de se retrouver dans sa DVDthèque... Eddy Mitchell met au crédit du réalisateur du Mépris "d'avoir inventé l'ellipse", puis porte l'estocade: "pour le reste, Godard, c'est un compte en banque en Suisse". "Johnny était un acteur plutôt laborieux, pas franchement sûr de lui mais travailleur", continue-t-il, et d'ajouter: "Un mélange entre Sim et Gary Cooper, et un disciple de l'Actors Studio. Elle me fait bien rigoler, moi, cette technique de jeu: pour réussir à dire 'bonjour', il faut passer dix ans à se triturer les lèvres en écoutant sa petite voix intérieure". Avant sa sortie en salles mercredi, nos journalistes ont rencontré le trio infernal, qui campent les rôles d'Emile, Antoine et Pierrot, trois amis d'enfance, dans l'adaptation d'une des séries de bandes dessinée les plus lues et achetés ces dernières années.

"Je ne me considère pas comme un comédien, mais comme un acteur".

Quant à sa propre carrière, Eddy Mitchell reconnaît avoir tourné dans de "sacrés navets", avant de révéler qu'il refuse de jouer certaines scènes: "Je fais stipuler dans mes contrats de ne pas avoir à montrer mes fesses à l'écran". Si le scénario l'exige, une doublure prend le relais.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL