La République démocratique du Congo fait face à une nouvelle épidémie — Ebola

Evrard Martin
Août 1, 2018

Déjà connue pour être le fief de nombreux groupes armés, la province du Nord-Kivu a notifié ces derniers jours "au ministère de la Santé 26 cas de fièvre avec des signes hémorragiques, dont 20 décès" dans un village près de Béni, rappelle le ministre.

"J'en appelle au calme et à la prudence", a déclaré sur Twitter le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku. "Nous n'avons pas d'intrants pour les soigner et le personnel est exposé à la contamination", a expliqué ce lundi le docteur Alain Musondolya, en poste dans la commune rurale de Mangina, située dans la province du Nord-Kivu.

"Le maire intérimaire de Beni, Modeste Bakwanamaha, a quant à lui demandé à la population " d'observer les règles d'hygiène " et de " ne pas manipuler le corps d'une personne morte de cette maladie ". "À ce stade, rien n'indique que ces deux épidémies, séparées de plus de 2 500 km, soient liées", a écrit dans un communiqué le ministre de la Santé.

A en croire la même source toujours, 6 échantillons prélevés chez des patients hospitalisés sont arrivés à Kinshasa ce mardi 31 juillet 2018 et ont été analysés par l'Institut National de Recherche Biomédicale (INRB). Quatre cas positifs ont en effet été détectés dans l'est du pays. Le séquençage est en cours à l'INRB afin d'identifier la souche du virus.

La République démocratique du Congo a déjà connu neuf précédentes épidémies d'Ebola sur son sol où le virus a sévi pour la première fois en 1976.

" Bien que nous ne nous attendions pas à devoir faire face à une dixième épidémie aussitôt, la détection du virus est un indicateur du bon fonctionnement du système de surveillance mis en place par la Direction Générale de Lutte contre la maladie ".

" Une équipe de douze experts du ministère de la Santé arrivera à Béni ce jeudi 2 août", a poursuivi M. Ilunga. Cette équipe composée de laborantins, d'épidémiologistes, de cliniciens psychologues et de médecins pour la prise en charge médicale acheminera un laboratoire mobile de l'INRB et des équipements de protection individuelle.

Cette épidémie, partie de la forêt équatoriale, a tué 33 personnes pour 54 cas au total, selon les statistiques du ministère de la Santé.

Des molécules thérapeutiques sont déjà disponibles dans le pays.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL