Le taux de chômage baisse très légèrement au deuxième trimestre (-0,1 point)

Xavier Trudeau
Août 14, 2018

Le taux de chômage en France (hors Mayotte) a finalement moins baissé que prévu au deuxième trimestre, puisqu'il s'établit désormais à 9,1%, et accuse donc une baisse de 0,1 point, a annoncé l'Insee ce mardi 14 août.

Après une légère remontée au premier trimestre, le taux de chômage a diminué de 0,1 point, s'établissant ainsi à 9,1% en France entière, hors Mayotte, selon l'Insee ce mardi. Sans compter que cette baisse est à prendre avec des pincettes, puisqu'elle se situe, tout comme celle de 0,3 point sur un an, dans la marge d'erreur de l'indicateur (+/-0,3 pt).

En moyenne, l'Insee a comptabilisé 2,70 millions de chômeurs au 2e trimestre. Parallèlement au taux de chômage, le "halo autour du chômage" a, lui aussi, baissé au deuxième trimestre. Quelque 20,8% des actifs de 15-24 ans étaient au chômage au 2e trimestre (-0,6 point sur le trimestre, -2,5 points sur un an), un taux qui atteint son plus bas niveau depuis fin 2008. La situation des seniors reste, quant à elle, stable, à 6,5%.

Selon le statisticien, le taux d'emploi en contrat à durée indéterminée (CDI) reste "quasi stable" (+0,1 point) à 49,3 % mais en hausse de +0,4 point sur un an et celui des contrats à durée déterminée (CDD) ou en intérim diminue, lui, de 0,2 point à 7,8 %, soit son niveau d'il y a un an. Ce qui pourrait être insuffisant pour absorber l'augmentation naturelle de la population active... et avoir de (mauvaises) conséquences sur les futurs chiffres du chômage. Parmi eux, 1,04 million cherchent du travail depuis au moins un an.

Par ailleurs, le taux de personnes en sous-emploi, c'est-à-dire qui souhaiteraient travailler davantage, a aussi légèrement baissé (-0,1%), à 5,9% au 2e trimestre. Sur un an, la baisse est de -0,3 point. Il s'agit, pour l'essentiel, de travailleurs à temps partiel subi.

2,7 millions de chômeurs. Pour rappel, l'institut calcule le chômage au sens du Bureau international du travail (BIT), à partir d'une étude, contrairement à Pôle emploi qui dénombre le nombre de personnes inscrites sur ses listes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL