Élection partielle en Ohio, un scrutin risqué pour Trump et les républicains

Claudine Rigal
Août 9, 2018

Le résultat d'ne élection test dans une circonscription de l'Ohio, qui avait soutenu largement Donald Trump en 2016, restait extrêmement serré mercredi, un signe de mauvais augure pour le président américain Donald Trump avant le scrutin de mi-mandat en novembre. Après mon discours de samedi, il y a eu un énorme tournant. "Maintenant Troy remporte une superbe victoire dans une période très compliquée de l'année", s'est réjoui le milliardaire new-yorkais avant de twitter un simple "Félicitations à Troy Balderson pour cette magnifique victoire dans l'Ohio".

Troy Balderson a remercié le président, devant ses supporteurs.

"Si je trouve le temps, entre la Chine, l'Iran, l'Economie et beaucoup plus, ce que je dois faire, nous allons avoir une Vague Rouge géante", a-t-il ajouté en référence à la couleur des républicains. L'élection partielle a été déclenchée par le départ imprévu de l'élu républicain en place depuis plus de 15 ans.

Si le candidat républicain s'est rapidement attribué la victoire, le candidat démocrate compte bien savoir ce que renferment les 8483 bulletins non comptabilisés car il ne lui manque actuellement que 1755 voix pour l'emporter.

Mais le fait que les républicains soient à la peine dans un bastion aussi fidèle pourrait avoir, selon les spécialistes, d'importantes conséquences en novembre. "Il est évident que l'énergie est du côté démocrate".

"Je crois qu'il ne sait pas de quoi il parle", a réagi le candidat démocrate Danny O'Connor, qui, a 31 ans, est parvenu à acculer Troy Balderson dans une banlieue aisée de la capitale de l'Ohio. Manières affables, visage poupin, il a reçu plutôt humblement les résultats, promettant de livrer de nouveau bataille en novembre. Loin des programmes ultra-progressistes présentés avec succès par les démocrates dans d'autres circonscriptions, Danny O'Connor proposait une ligne relativement modérée qui le démarque toutefois nettement des politiques de Donald Trump.

Ce fils admiratif d'une "survivante" d'un cancer du sein tient ainsi au renforcement de la couverture santé, plaide pour des limitations "de bon sens" sur les armes et dénonce une "guerre commerciale" qui affecte les agriculteurs de l'Ohio.

Egalement en jeu, en plus des 435 sièges de la Chambre: un tiers (35) du Sénat et les postes de gouverneur dans 36 des 50 Etats. Ils pourraient alors sérieusement entraver les politiques de Donald Trump et multiplier leurs efforts pour le pousser hors de la Maison Blanche.

Les républicains pensaient le district acquis au Grand Old Party. Face au risque de voir sa majorité basculer, Donald Trump sillonne le pays pour soutenir les candidats républicains, moquant les prédictions.

Ses troupes ont besoin d'arracher 23 sièges aux républicains pour reprendre la majorité à la Chambre. Donald Trump avait fait le déplacement samedi pour appuyer le candidat républicain et multipliait depuis les tweets de soutien.

Des primaires ont par ailleurs lieu mardi dans le Michigan, le Missouri et l'État de Washington, ainsi que dans le Kansas pour désigner un candidat au poste de gouverneur. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL