Les arabes israéliens manifestent contre une loi controversée

Claudine Rigal
Août 15, 2018

Des dizaines de milliers d'Arabes israéliens ont manifesté samedi soir à Tel-Aviv pour dénoncer une loi controversée définissant Israël comme l " Etat-nation du peuple juif", selon une journaliste de l'AFP.

Dans sa version précédente, le projet de loi laissait la voie ouverte à la création de localités exclusivement réservées aux Juifs, excluant de facto, les Arabes israéliens qui constituent 17,5% de la population totale israélienne, très majoritairement juive.

Des druzes, une minorité arabophone de 130.000 personnes traditionnellement alliée à l'Etat israélien mais opposés à cette loi ont également, une nouvelle fois, défilé parmi les manifestants.

L'historien israélien Shlomo Sand revient sur l'adoption par Israël de la " loi sur l'État-nation", qui fait glisser l'État israélien d'un État pour les juifs vers un État juif. Mais elle est accusée de retirer des droits aux minorités, dont les Arabes israéliens, qui ont l'impression de devenir des "citoyens de seconde zone".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a vivement réagi dans la soirée sur Twitter, en postant une vidéo des manifestants agitant des drapeaux palestiniens, accompagnée de ce commentaire: "Il n'y a pas de meilleure preuve de la nécessité de la loi contre l'Etat-nation". Contestant ainsi cette loi qui, entre autres, ne reconnaît pas la langue arabe comme langue officielle.

Ce texte inquiète d'autant plus les minorités que le document fait partie des lois fondamentales qui font office de Constitution, inexistante en Israël.

Cinq appels ont été déposés contre la loi devant la Cour suprême.

M. Netanyahu a affirmé dimanche qu'il n'avait pas l'intention d'amender la loi en expliquant que sans ce texte, "il sera impossible de garantir pendant des générations l'avenir d'Israël en tant qu'Etat national juif".

Des Arabes israéliens brandisssent des pancartes fustigeant l'apartheid, lors du rassemblement samedi, place Yitzhak-Rabin, à Tel-Aviv.

La manifestation a été organisée par le Haut comité arabe d'Israël, une organisation non gouvernementale qui représente la communauté arabe d'Israël dans le domaine politique.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL