Les États-Unis veulent maintenir la pression — Corée du Nord

Claudine Rigal
Août 5, 2018

Après une escalade des tensions sans précédent en 2017, ponctuée par des tirs de missiles et un essai nucléaire majeur de la part du régime reclus de Pyongyang, ainsi que par des sanctions internationales de plus en plus strictes en retour, l'année 2018 a été marquée par un dégel spectaculaire.

D'après la porte-parole du département d'État américain, une délégation avait remis une lettre de Donald Trump au chef de la diplomatie nord-coréenne lors du forum de Singapour mais aucune indication quant à son contenu n'a été divulguée.

La Corée du Nord viole ainsi les sanctions que lui ont imposées les Nations unies, souligne ce rapport réalisé par des experts indépendants et que Reuters a pu consulter.

La poignée de main entre Mike Pompeo et Ri Yong Ho lors du forum de Singapour cache une véritable tension: les négociations autour de la dénucléarisation de la Corée du Nord sont au point mort.

En dépit des "mesures de bonne volonté" prises par la Corée du Nord, Washington "donne de la voix pour maintenir les sanctions", trahissant "des mouvements aux États-Unis voulant revenir en arrière, loin des intentions de leur dirigeant", a déclaré dans un communiqué le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong Ho. "Et surtout quand on avance des exigences unilatérales qui ne vont faire que saper la confiance au lieu de la renouveler", a-t-il ajouté.

Ce dernier a réaffirmé son engagement en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", une vague déclaration d'intentions sans calendrier ni modalités, bien loin de la dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" qu'exigeaient les Etats-Unis.

Depuis le sommet Trump-Kim, Washington a déploré que certains pays, Chine et Russie en tête, aient commencé à relâcher la pression sur Pyongyang en l'absence d'avancées concrètes vers cette dénucléarisation. C'est pourquoi "je leur ai recommandé d'appliquer strictement toutes les sanctions, y compris la cessation totale de transferts illégaux de pétrole entre navires" à destination la Corée du Nord, a-t-il encore dit.

Il a en revanche particulièrement stigmatisé la Russie, évoquant des informations selon lesquelles elle continuait de faire affaire avec des Nord-Coréens et d'offrir du travail aux travailleurs expatriés nord-coréens, source importante de revenus pour le régime de Pyongyang.

Il est crucial de maintenir la pression économique et diplomatique sur la Corée du Nord pour enfin mettre en place une dénucléarisation complète et vérifiée du pays comme convenu avec le président Kim. Interrogé par Channel NewsAsia, il a dû admettre que "le calendrier final pour la dénucléarisation sera fixé par le président Kim, au moins en partie".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL