L'Iran annonce avoir fabriqué un nouvel avion de combat

Claudine Rigal
Août 21, 2018

La télévision d'Etat a en effet diffusé, ce lundi, des images du président assis dans le cockpit de l'avion baptisé " Kowsar", à l'occasion de la journée nationale de l'industrie de la Défense.

" Certains pensent que lorsqu'on accroît sa force militaire, c'est qu'on cherche la guerre".

"Quand je parle de notre aptitude à nous défendre, cela signifie que nous cherchons une paix durable", a assuré Hassan Rohani, s'exprimant dans le cadre de la parade militaire organisée dans la capitale iranienne.

"Nos ressources sont limitées", mais "nous mettons à niveau nos missiles en fonction des menaces et des actions de nos ennemis, comme moyen de dissuasion ou de riposte dévastatrice", a-t-il ajouté. L'appareil a été testé avec succès et une démonstration de vol a été diffusée par certains médias officiels.

"Notre priorité est notre capacité balistique et nous devons la renforcer (.) au vu des efforts (fournis par) nos ennemis dans le domaine de la défense antimissiles", a affirmé M. Hatami dans une interview télévisée tard samedi soir, selon l'agence de presse iranienne Tasnim dimanche.

"Rohani, président depuis cinq ans et en difficulté sur le plan intérieur, a réaffirmé que l'Iran devait faire preuve de retenue et en même temps de dissuasion, dans une apparente allusion à ses opposants radicaux, qui adoptent un ton plus guerrier vis-à-vis des Etats-Unis".

Le ministre de la Défense Amir Hatami avait annoncé cet événement le 18 août, affirmant que son pays cherchait à améliorer ses capacités balistiques pour répondre aux "menaces" d'Israël et des Etats-Unis, ses ennemis jurés.

Après l'arrivée au pouvoir en 2017 de Donald Trump, hostile à l'Iran, les Etats-Unis ont décidé en mai dernier de se retirer de l'accord nucléaire et de rétablir unilatéralement le 7 août des sévères sanctions à l'encontre de l'Iran. Une nouvelle salve de sanctions touchant le secteur des hydrocarbures est prévue en novembre afin d'accroître la pression sur Téhéran.

Il a affirmé que le programme de défense iranien était motivé par le souvenir des attaques aux missiles dont son pays avait été la cible pendant la guerre contre l'Irak (1980-1988). Face à ces dernières, plusieurs entreprises internationales ont toutefois commencé à quitter l'Iran.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL