Manger des algues en excès est risqué pour la santé

Evrard Martin
Août 9, 2018

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié un avis relatif au risque d'excès d'apport en iode lié à la consommation d'algues en tant qu'aliments ou compléments alimentaires.

Quel sont les risques d'une consommation en iode trop élevée?

. Elle recommande à ceux qui en consomment régulièrement de privilégier celles dont la teneur en iode est faible. L'indication de la teneur en iode des produits à base d'algue " serait utile " aux consommateurs pour suivre les quantités d'iode ingérées par jour, souligne l'Anses. Et en excès, cela peut entraîner des dysfonctionnements de la thyroïde, mais également certains effets indésirables, notamment pour le cœur ou les reins.

Fraîches, séchées ou encore en compléments alimentaires, les algues marines, plébiscitées pour leurs qualités nutritionnelles, sont de plus en plus présentes dans les assiettes des Français. Le marché est en constante progression, et l'offre de plus en plus variée (conserve, tartares, condiments, tisanes, biscuits, boissons...).

L'Anses déconseille donc la consommation d'algues aux personnes présentant un dérèglement de la thyroïde, une maladie cardiaque, ou une insuffisance rénale.

Déconseillées aux femmes enceintes ou allaitantes. Pour fixer le seuil maximal d'iode quotidien, l'Anses s'est calée sur les recommandations de l'EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments): c'est-à-dire "600 µg par jour pour l'adulte et adaptée pour chaque tranche d'âge de consommateurs". Enfin, pour les personnes souffrant de carences en iode, l'Agence rappelle "qu'il n'est pas pertinent de consommer des produits contenant des algues dans le but " de pallier ce manque. En France, la réglementation fixe à 150 µg cette dose maximale quotidienne dans les compléments alimentaires. En outre, les parents doivent rester vigilants quant à la consommation d'algues de leurs enfants, "les données étant insuffisantes pour mesurer le risque encouru", précise l'Agence. "Si on consomme des compléments alimentaires, des algues et qu'en plus on est sous traitement avec un médicament qui contient de l'iode, les risques de cumuls sont majeurs, avec des apports qui peuvent être vraiment excessifs".

Il existe des espèces d'algues très riches en iode: les algues brunes laminaires (Laminaria sppetSaccharina spp) et l'algue rouge (Gracilaria) verruqueuse La célèbre spiruline a, elle, une teneur quasi nulle en iode. Les compléments alimentaires, souvent étiquetés "transit" et "minceur", doivent aussi être pris en considération.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL