Meurtre conjugal : la vidéo du calvaire d'une jeune femme choque le Brésil

Claudine Rigal
Août 12, 2018

Tatiane Spitzner, une avocate de 29 ans, est décédée après une chute depuis le balcon de l'appartement du 4e étage où elle vivait avec son mari, Luís Felipe Manvailer, professeur et biologiste de 32 ans, à Guarapuava, une ville dans le sud du Brésil.

Aujourd'hui, le jeune homme nie en bloc avoir tué son épouse, évoquant un suicide.

Les faits datent du 22 juillet mais n'ont été diffusés à la télévision brésilienne qu'à partir du dimanche 5 août.

Les images de vidéosurveillance montrent que peu de temps avant la mort de la jeune femme, vers 3 heures du matin, son mari la frappe dans leur voiture arrivant dans la rue de l'immeuble.

Quelques minutes plus tard, le corps de Tatiane Manvailer est retrouvé sur le trottoir. Le Brésil connaît l'un des taux de féminicide les plus élevés du monde. Une réalité qui a soulevé une vague d'indignation énorme au Brésil, et dans le monde entier. "Un constat qui a choqué nombre de Brésiliens, et entraîné la création d'un hashtag de ralliement (" #metaAcolhe ") sur les réseaux sociaux, pour appeler à prévenir la police en cas de violence conjugale.

La Esquerda Diario écrit ainsi " Tatiane a essayé de s'enfuir, elle a crié pour sa vie. Cependant, en dépit d'avoir été entendue, personne ne s'est interposé pour elle.

Depuis, les internautes ont créé le #MetaAColher, "mets la cuillère", en référence à un proverbe brésilien qui conseille de ne "pas mettre la cuillère" (ne pas s'interférer) dans les histoires de couples qui ne nous regardent pas. L'absence de politiques publiques et un plan d'urgence pour combattre les violences de genre sont des démonstrations de l'abandon de l'État.

Morte du fait d'être une femme, Tatiane Spitzner est une des bien trop nombreuses victimes de la violence conjugale et patriarcale qui sévit sur le corps des femmes. Une violence qui s'exerce partout dans le monde: en France c'est une femme qui meurt tous les trois jours sous les coups de son mari.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL