Mont-Blanc : l'irrespect atteint des sommets sur le toit de l'Europe

Claudine Rigal
Août 18, 2018

D'autres guides ont aussi été insultés et bousculés pendant l'été. Le maire de Saint-Gervais (Haute-Savoie) s'est alarmé, vendredi 17 août, des comportements irrespectueux qui se multiplient selon lui lors de l'ascension du mont Blanc. "Le summum de l'irrespect est-il atteint?", s'interroge Jean-Marc Peillex dans un communiqué sur Twitter, listant les pires attitudes rapportées par des guides et autres témoins. Dans un tweet, il assène: "Les bouffons sont toujours sur le #montblanc". La ville de Saint-Gervais est le point de départ de la voie normale, dite du Goûter, vers le sommet du géant alpin (4 810 mètres). Cet été, un guide s'est fait insulter dans le refuge du Goûter pour avoir faire remarquer qu'un piolet devait être remisé dans le local crampons. "Qui peut encore défendre l'indéfendable et laisser croire que ces pratiques doivent être cachées et acceptées au nom du principe de la Liberté".Pour 2019, il prévient "plus rien ne devra plus être comme avant et le Mont-Blanc devra retrouver sa dignité perdue!" Jean-Marc Peillex regrette d'apprendre qu'un maître a voulu traîner son chien au sommet du Mont-Blanc, que trois personnes ont fait la sieste côte à côte sur un pont de neige sur la montée du Dôme du Goûter, tandis qu'une vingtaine de personnes ont privatisé et dorment de façon organisée dans l'abri de détresse Vallot, désormais inaccessible. Dans un communiqué, il rappelle que malgré les recommandations de différer l'ascension du Mont-Blanc du 5 au 14 août, à cause de chutes de pierres, sur cette période "en moyenne 80 alpinistes par jour se sont empressés de monter au refuge du Goûter". Alertés par le maire, les gendarmes les ont bloqués. "Un touriste a même planté sa tente au sommet du Mont-Blanc, ajoute le maire qui dénonce également la présence de plusieurs " faux guides " sur l'itinéraire, qui n'ont évidemment pas le droit d'exercer".

Depuis le début de l'été, un seul mort est à déplorer sur la voie normale menant au Mont-Blanc, contre douze en 2017 à la même époque sur l'ensemble des itinéraires vers son sommet.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL