Ne mangez pas trop d'huile de coco, ce "poison"

Evrard Martin
Août 24, 2018

"Donc, si c'est votre truc, utilisez de l'huile de coco pour enlever votre maquillage, mais ôtez-le de vos smoothies [.] Si vous devez l'utiliser en cuisine, utilisez la plus petite quantité possible". Toutefois, selon un professeur de l'université d'Harvard, l'huile de coco serait en réalité un véritable poison. Le discours, prononcé en allemand, a été regardé près d'un million de fois sur YouTube.

Dans un discours filmé intitulé "Huile de coco et autres erreurs nutritionnelles", Karine Michels, également directrice de l'Institut de prévention et d'épidémiologie des tumeurs de l'université suisse, dément la supposée efficacité des superaliments, et va plus loin en accusant l'huile de coco d'être "un pur poison" pour le corps et la santé. "C'est l'un des pires aliments que vous pouvez manger". A l'inverse, des produits comme les noix (de cajou, de macadamia, du Brésil, etc.), les huiles végétales, les avocats ou le poisson sont riches en acides gras insaturés. Mais l'image healthy de l'huile de noix de coco pour soigner de nombreux maux par l'alimentation a été rejetée par un professeur de Harvard.

Par exemple, le site Web du chiropraticien et nutritionniste Josh Axe, un promoteur de l'huile de noix de coco, présente une étude publiée en 1985 dans le Journal of Toxicology and Environmental Health comme montrant que l'huile de coco peut stimuler la perte de poids.

Ce "super-aliment " a déjà été mis sous observation sanitaire l'année dernière par les autorités publiques américaines, lorsque l'Association Américaine du Cœur (AHA) a mis à jour ses recommandations, conseillant aux consommateurs d'éviter les acides gras saturés de l'huile de coco. Les rats ont effectivement cessé de manger et ont perdu du poids, mais l'injection a également ralenti la fréquence cardiaque des animaux et abaissé leur température basale, un effet toxique, rapporte Live Science. Les acides gras saturés de l'huile de coco seraient ainsi plus facilement métabolisés et stables à la cuisson.

"Aucune étude réalisée sur des humains n'a trouvé de bénéfices apportés par l'huile de coco" ajoute la professeure.

Mais la chercheuse a déclaré en juillet que ses recherches utilisaient une huile raffinée constituée uniquement de triglycérides à chaîne moyenne, différente de la noix de coco standard, qui n'est que partiellement constituée de triglycérides à chaîne moyenne.

En résumé, l'huile de noix de coco est acceptable avec modération, disent les experts.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL