Objectif soleil — Parker Solar Probe

Alain Brian
Août 13, 2018

Dans un tonnerre assourdissant et sous les applaudissements du public, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus.

De la taille d'une voiture pour une facture de 1,5 milliard de dollars, la sonde Parker est la première réalisation humaine à tenter de traverser l'atmosphère du soleil, forte de son bouclier high-tech et des espoirs placés en elle par la Nasa et la communauté scientifique.

Au-delà de la prouesse technologique, l'intérêt scientifique est primordial, indique l'AFP.

La NASA a réussi, à Cap Canaveral, le lancement de sa sonde solaire Parker Solar Probe, avec un jour de retard, dimanche 12 août 2018. Et pourquoi ses particules énergétiques peuvent produire des tempêtes électromagnétiques, qui viennent parfois perturber le réseau électrique de la planète Terre.

"La sonde Parker nous aidera à faire un bien meilleur travail pour prédire quand une perturbation dans les vents solaires viendra frapper la Terre", explique, enthousiaste, Justin Kasper, un des scientifiques responsables du projet et professeur à l'université du Michigan. Théorisé par l'Américain Eugene Parker, qui donne son nom à la mission, "le vent solaire, détaille Kader Amsif, c'est un flot de particules électriquement chargées qui voyagent à des vitesses de plusieurs centaines de kilomètres par seconde". Elle doit la traverser 24 fois pendant les sept ans que doit durer la mission. Ce dernier a été le premier à développer la théorie des vents solaires supersoniques en 1958. L'intérêt de cette mission est notamment de comprendre pourquoi les températures autour de l'astre augmentent lorsqu'on s'en éloigne. Mais c'est surtout la différence entre la densité de l'atmosphère et la chaleur qui devra lui permettre de traverser cette surface brûlante.

L'engin est protégé par un bouclier en composite carbone d'une douzaine de centimètres d'épaisseur qui doit protéger les instruments scientifiques qu'ils transportent d'une température de près de 1.400 degrés Celsius. La mission durera 7 ans. Dans la cabine, il devrait seulement faire 29 degrés.

"Le soleil est plein de mystères", explique Nicky Fox, "mais nous sommes prêts (.) Nous connaissons les questions auxquelles nous voulons des réponses". L'objet le plus rapide jamais créé par l'homme circule à 700.000 km/h.

Les outils embarqués doivent donc mesurer les particules à haute énergie, les fluctuations magnétiques et prendre des images pour tenter de mieux comprendre cette couronne, qui est "un environnement très étrange, peu familier pour nous", explique Alex Young, un spécialiste du Soleil à la Nasa.

Mais comment la sonde Parker va-t-elle pouvoir passer si près du Soleil sans se mettre à fondre?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL