Pour sortir Tesla de la Bourse, Elon Musk s'en remet aux Saoudiens

Xavier Trudeau
Août 14, 2018

M. Musk a anticipé lundi que "deux-tiers" des actionnaires allaient garder leur participations.

Lundi dans un post de blog, le chef d'entreprise indique avoir eu une série de rencontres, dont la première remonte à début 2017, avec des dirigeants de PIF, qui l'ont approché pour lui suggérer l'idée de sortir Tesla de la cote.

Mardi, Elon Musk avait indiqué que l'opération se ferait au prix de 420 dollars par titre, valorisant Tesla à plus de 71 milliards, contre près de 61 milliards actuellement.

Bien qu'il n'ait apporté aucune preuve de détenir les fonds nécessaires, Elon Musk a fait savoir que le "financement" était "sécurisé".

Après plusieurs relances, une réunion le 31 juillet dernier semble avoir été décisive, Musk expliquant avoir alors eu la certitude que l'accord n'était plus qu'une "question de procédure", ce qui l'a incité à rendre public son projet en assurant pouvoir le financer. "C'est pourquoi j'ai parlé de +financement sécurisé+ dans mon annonce du 7 août", conclut-il.

"Il y a plus de 50% de chances que Tesla quitte la Bourse dans un an, et le post de blog a encore légèrement renforcé cette probabilité", avancent MM.

Il poursuit les discussions avec ce fonds qui a récemment acheté 5 % de Tesla sur le marché mais aussi avec d'autres investisseurs car "je souhaite que Tesla conserve un actionnariat assez large".

Ces explications suffiront-elles à dissiper les doutes des investisseurs?

A Wall Street, le titre prenait 0,44% dans les premiers échanges lundi. La SEC, le gendarme de la Bourse, a ouvert une enquête sur la véracité des affirmations d'Elon Musk, qui a insisté, dans un courriel aux salariés, sur le fait que la décision finale sera prise par les actionnaires.

Quelques jours après qu'Elon Musk a annoncé vouloir retirer Tesla de la bourse, les spéculateurs s'organisent déjà pour contrer cette possibilité et ont porté plainte contre le milliardaire qui, grâce à son annonce, a fait bondir la valeur du titre boursier de son entreprise, fondée en 2003.

Le fonds d'investissement public d'Arabie Saoudite (Public Investment Fund ou PIF) est connu pour ses investissements dans les nouvelles technologies et a notamment débloqué 45 milliards de dollars (39,4 milliards d'euros) pour créer, avec le conglomérat japonais SoftBank, le fonds Vision Fund.

Le milliardaire, qui n'a jamais caché son aversion pour les speculateurs, explique retirer Tesla de la Bourse pour que l'entreprise puisse travailler dans un environnement serein et moins volatil.

Elon Musk a par ailleurs levé le voile lundi sur la nature du montage financier privilégié par Tesla en cas de sortie de la Bourse, assurant que l'entreprise ne prévoyait pas de s'endetter massivement comme c'est la coutume pour ce type d'opérations. "Je ne pense pas que ce serait sage d'alourdir le fardeau de Tesla en augmentant de façon importante sa dette".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL