Troisième nuit de recherches à Gênes : " Nous ne nous arrêtons pas "

Xavier Trudeau
Août 17, 2018

Selon les autorités italiennes, "il pourrait y avoir encore dix ou vingt personnes disparues".

Les grues et les pelleteuses continuaient jeudi de déblayer des décombres du pont effondré mardi à Gênes, dans le nord de l'Italie, pour laisser les chiens rechercher des traces de survivants ou de nouvelles victimes.

"Les recherches se poursuivent avec la démolition et l'évacuation des gros blocs du viaduc écroulé pour retrouver les disparus", ont annoncé les pompiers.

- Le bilan n'a pas évolué dans la nuit: on dénombre 39 morts, dont 4 Français, ainsi que 16 blessés, dont neuf se trouvent encore dans un état grave. "On essaie de sectionner les grands morceaux de béton qui sont tombés du pont, et après on les déplace avec les grues et on envoie des chiens de recherche, puis notre personnel s'il y a des signes positifs". Selon le quotidien italien La Stampa, 350 sauveteurs sont mobilisés. "Ce qui est certain c'est que ceux qui sont en train de fouiller nous disent qu'il y en encore d'autres personnes là-dessous", a-t-il ajouté en saluant le travail des centaines de secouristes engagés sur le site. "Bien sûr, nous ne nous arrêtons pas, nous travaillons toute la nuit, a déclaré sur place à la chaîne de télévision Sky TG24 une responsable des pompiers, Marcella Battaglia".

Compte tenu de la configuration des lieux, les opérations de secours s'avèrent délicates. "On est sur le même type d'opération qu'après un séisme". Les investigations ont été confiées à la DGGN (Direction générale de la gendarmerie nationale).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL