Turquie: la banque centrale prendra "toutes les mesures nécessaires"

Xavier Trudeau
Août 16, 2018

Le dollar progressait légèrement face au yen à 110,79 yens, contre 110,70 yens la veille.

Les tensions entre la Turquie et les Etats-Unis, qui ont pris des sanctions réciproques contre des responsables gouvernementaux, sont notamment liées au sort d'un pasteur américain, Andrew Brunson, détenu par Ankara.

La Turquie n'est pas parvenue à stopper l'effondrement de sa monnaie alimenté par l'aggravation d'une crise diplomatique avec les Etats-Unis, accusés par le président Recep Tayyip Erdogan de vouloir "frapper dans le dos" son pays. Si la livre turque, qui a perdu 19% face au dollar sur la seule journée de vendredi, est en première ligne, d'autres devises émergentes sont également dans la tourmente.

Vers 14h GMT (16h à Luxembourg), la monnaie unique européenne s'échangeait à 1,1430 dollar après être tombée vers 5h GMT à 1,1365 dollar, son plus bas niveau depuis mai 2017. Celui-ci mène une politique favorable à de faibles taux d'intérêt afin de soutenir l'économie de son pays, indique l'AGEFI.

"Les menaces protectionnistes de Donald Trump qui vont forcément à l'encontre de la perspective de croissance des échanges mondiaux sont d'autant plus néfastes pour le monde émergent", abonde l'économiste Véronique Riches-Flores, interrogée par l'AFP.

Même constat en Turquie où l'escalade des tensions avec les États-Unis n'a en réalité fait qu'aggraver la situation de la livre qui avait déjà perdu beaucoup de terrain depuis janvier (-40% face au billet vert).

Dimanche, le président Erdogan avait prévenu qu'il entendait riposter à ce qu'il a qualifié de "complot politique" américain contre la Turquie en cherchant "de nouveaux marchés et alliés". Les marchés s'inquiètent de l'incapacité des autorités turques à maîtriser l'inflation galopante, qui a atteint près de 16 % en juillet en rythme annuel.

Selon des banquiers, la banque centrale pourrait également répondre aux besoins de liquidités en livres turques des banques avec son taux au jour le jour de 19,25% - supérieur de 150 points de base au taux de référence de prises en pension hebdomadaire (repo).

Après la panique de vendredi, la banque centrale a voulu rassurer lundi en annonçant plusieurs mesures.

Par ailleurs, le ministère turc de l'Intérieur a annoncé lundi qu'il enquêtait sur des centaines d'internautes qu'il soupçonne d'avoir partagé des commentaires relevant de la "provocation" visant à affaiblir la livre. Elle a réduit ses pertes à la suite des déclarations d'Albayrak et de la banque centrale, revenant à 6,90 vers 15h10 GMT. Dans un entretien au journal Hurriyet dimanche 12 août, le ministre des Finances Berat Albayak a annoncé avoir mis au point un plan d'action pour stopper l'hémorragie de la livre turque, qui a connu une chute historique la semaine dernière.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL