Vidéo. Le chien guide d’un jeune handicapé refusé à l’entrée d’un supermarché

Xavier Trudeau
Août 7, 2018

Le jeune handicapé savait qu'il allait faire l'objet d'une telle interdiction. Un jeune handicapé atteint d'infirmité motrice a filmé un employé d'un magasin Carrefour de Toulouse en train de lui demander de laisser son chien à l'entrée de l'établissement.

Alors que la vidéo a été visionnée plus de 300000 fois et abondamment partagée sur les réseaux sociaux, Carrefour a tenu à présenter des excuses et "regrette cet incident contraire à ses valeurs". Un responsable se dirige alors vers le jeune homme: "S'il vous plaît, le chien vous pouvez le laisser à l'entrée du magasin", lui dit-il, tout en lui proposant de l'aide pour faire ses courses.

"Excusez-moi Monsieur, c'est un chien d'assistance", lui répond Kévin. D'emblée, un gérant du magasin l'interpelle: "S'il vous plaît, le chien, vous pouvez le laisser à l'entrée du magasin ", lui demande-t-il, en lui proposant de l'aide pour faire ses achats. Toute la scène est filmée.

Il s'agissait en réalité d'une action préparée car le jeune homme avait déjà connu la même mésaventure dans ce magasin une semaine auparavant. "Un employé avait alors appelé la police en expliquant que le fidèle compagnon risquait de " lécher les légumes " et de " renifler les saucissons ", rapporte Le Figaro.

"J'en ai marre de faire valoir mes droits".

Passablement "énervé", Kevin contacte Odile Maurin, présidente de l'association Handi-Social dont il est adhérent. "Ils sont très rassurants pour les personnes fragiles et sont très importants pour leur autonomie". En effet, une loi datant de 2005 autorise les "chiens d'assistance aux personnes handicapées" à "pénétrer dans tous les lieux ouverts au public [.]". L'association poursuit: "Les magasins qui, par mesure d'hygiène, sont interdits aux animaux sont également dans l'obligation d'autoriser l'accès des chiens d'assistance accompagnant leurs clients titulaires d'une carte d'invalidité".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL