24 morts dans un attentat revendiqué par l'EI — Iran

Claudine Rigal
Septembre 23, 2018

Téhéran a dénoncé un acte "terroriste" et accusé un "régime étranger" soutenu par Washington d'être derrière l'attentat, qui a fait également des dizaines de blessés, dont plusieurs dans un état grave. Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis sont très fortes.

L'attaque a été menée en début de matinée à Ahvaz, la capitale de la province du Khouzestan, peuplée majoritairement d'Arabes. "Des combattants de l'Etat islamique ont attaqué un rassemblement des forces iraniennes dans la ville d'Ahvaz", a déclaré Amaq.

Téhéran a promis une réponse "terrible" et accusé un "régime étranger" soutenu par Washington d'être derrière l'attentat.

Imputé à un groupe séparatiste "Les terroristes étaient quatre. Deux ont été tués, et les deux autres arrêtés", selon M. Hosseinzadeh, qui n'a pas précisé si les militaires tués étaient membres de l'armée ou des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique. "Les blessés sont dans un état critique", rapporte l'agence iranienne semi-officielle Isna en citant le vice-gouverneur de la province du Khouzestan, Ali-Hossein Hosseinzadeh. Cependant, un porte-parole de l'armée iranienne a depuis déclaré que les assaillants avaient été entraînés par deux Etats du Golfe et qu'ils étaient liés à Israël et aux Etats-Unis.

L'attaque, qui a visé une parade organisée à l'occasion de la Journée nationale des forces armées, a été menée par un "groupe" d'assaillants inconnus, a ajouté la télévision sans donner immédiatement davantage de détails.

Premier chef d'État étranger à réagir à l'attaque, le président russe Vladimir Poutine s'est dit "horrifié" par l'attaque, selon le Kremlin. Les autorités iraniennes ont aussi imputé plusieurs attentats récents à des "groupes contre-révolutionnaires" kurdes basés dans le nord-est de l'Irak, notamment le PDKI (Parti démocrate du Kurdistan d'Iran, le plus ancien parti autonomiste kurde d'Iran) et le PJAK (Parti pour une vie libre du Kurdistan, lié au PKK turc).

L'attentat a eu lieu alors que l'Iran marque la Journée nationale des forces armées, qui commémore chaque 22 septembre le déclenchement, par Bagdad, de la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Ce samedi, au moins 29 personnes dont des civils ont été tuées dans une attaque revendiquée par Daesh au sud de l'Iran. Des hommes armés et des kamikazes ont attaqué le Parlement et le mausolée du fondateur de la République islamique, l'imam Khomeiny, à Téhéran, faisant 17 morts et des dizaines de blessés. "L'Iran considère que les parrains régionaux du terrorisme et leurs maîtres américains sont responsables de telles attaques", a écrit Mohammad Javad Zarif sur son compte Twitter.

"Nous ne réduirons jamais nos capacités défensives [.] nous les augmenterons jour après jour", a déclaré M. Rohani en présidant un défilé militaire à Téhéran.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL