Aucun des 1600 conseillers techniques sportifs "ne perdra son emploi" — Maracineanu

Xavier Trudeau
Septembre 10, 2018

Six jours seulement après sa nomination comme ministre des sports, Roxana Maracineanu tape déjà du poing sur la table. Face aux journalistes ce dimanche, elle a déploré les coupes budgétaires auxquelles son ministère est contraint. "Je pense que cette annonce est vraiment très brutale, ce ne sont pas les bons mots qui ont été employés, dénonce-t-elle". "C'est un objectif qui vient d'en haut, sans forcément connaître les spécificités vraiment précises du sport, et c'est à moi de les expliquer maintenant", a-t-elle ajouté.

La nouvelle patronne du sport français s'exprimait en marge de La Parisienne, une course féminine dans la capitale.

Et elle n'avait pas mâché ses mots, dimanche, pour décrire les exigences budgétaires fixées dans la lettre de cadrage envoyée fin juillet à la ministre précédente, Laura Flessel. "Je suis en train de chercher des solutions", a ajouté l'ancienne championne de natation, qui, à son cinquième jour à la tête du ministère, a concédé que le problème lui était "tombé un peu dessus".

Mais ce n'est pas tout, selon le document consulté par l'AFP: "Dans le cadre du processus 'Action publique 2022', vous serez appelés à appliquer un schéma d'emplois de moins 1600 ETP (équivalent temps plein) au cours de la période 2018-2022", ajoute Matignon, qui rappelle la promesse présidentielle de supprimer 50.000 postes de fonctionnaires. En effet, la lettre de cadrage était adressée à sa prédécesseure Laura Flessel, avant que celle-ci ne quitte soudainement le gouvernement. L'escrimeuse avait, elle, évoqué des "raisons personnelles" tandis que d'autres médias avaient avancé l'hypothèse de démêlés fiscaux. Mais évidemment je veux rassurer le monde du sport. Car déjà, l'an passé, les crédits alloués au Centre national pour le développement du sport (CNDS) avaient été réduits de 260 à 130 millions d'euros.

Les agents du ministère travaillent aussi dans les directions régionales ou départementales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale. "Je pense que cet objectif n'a pas été clairement exprimé, (.) c'était uniquement un document de travail interne", a insisté la nouvelle ministre. Invité de BFMTV, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a vite tenté de calmer le jeu en précisant que ce chiffre de 1.600 postes était "une base de discussion". Répondant aux propos de sa collègue, il estime qu'il n'y a pas de "décisions qui viennent d'en haut et que les ministres appliquent de manière uniforme, il y a un échange, il y a des positions qui peuvent bouger".

Dès lundi, affirme Roxana Maracineanu, des concertations seront menées.

Indiquant que le Premier ministre l'a "assuré de sa volonté d'avoir un budget du sport à la hauteur des enjeux", Roxana Maracineanu a également annoncé qu'elle lançait "des discussions sur la gestion des taxes" avec le ministre du Budget Gérald Darmanin et fera "des propositions sur ce sujet avant la présentation du PLF (Projet de loi de finances) pour 2019". Elle a rendez-vous avec Edouard Philippe lundi afin d'"essayer de plaider notre cause et nous en sortir par le haut le mieux possible". Mais elle a indiqué qu'il fallait "commencer à réfléchir à une réinvention de ce que peut être le corps des CTS et de ces personnes de grande valeur, qui sont mises à disposition des fédérations aujourd'hui et qui effectivement vont devoir changer d'orientation, ça c'est certain".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL