Environnement : un bateau part nettoyer le Pacifique de ses déchets plastiques

Claudine Rigal
Septembre 10, 2018

Ce projet ambitieux de l'ONG Océan Cleanup a pour objectif de diminuer de moitié " la grande zone d'ordures du Pacifique " d'ici les cinq prochaines années.

En effet, le bateau tractant un énorme dispositif qui a pour objectif de nettoyer les océans des déchets en plastique vient de quitter San Francisco et se dirige au large afin d'y réaliser un essai. Nom de code du dispositif: " System 001 ", inventé par un jeune néerlandais de 24 ans, Boyan Slat et développé par l'association sans but lucratif Ocean Cleanup dont il est le président. Le flotteur doit rassembler le plastique qui flotte à la surface des océans pour pouvoir ensuite le ramasser et le recycler.

Le bateau se rend à un endroit situé à 240 milles marins au large de la Californie pour des essais qui dureront deux semaines, avant de se rendre au Great Pacific Garbage Patch (GPGP), une poubelle flottante deux fois plus grande que la France, à mi-chemin entre la Californie et Hawaii. Le flotteur assure la flottabilité du système et empêche le plastique de s'échapper au-dessus, tandis que la jupe empêche les débris de s'échapper en dessous, explique Ocean Cleanup sur son site internet.

"La mission principale de ce test, c'est de montrer que l'appareil fonctionne, et nous espérons que dans quelques mois, les premiers déchets seront acheminés vers le port. Cela signifiera que notre technologie a fait ses preuves et que nous pouvons mettre en place une flotte importante, avec laquelle retirer la moitié du vortex de déchets dans le Pacifique" explique Boyan Slat, fondateur du projet. The Ocean CleanUp, une organisation néerlandaise, s'est lancée un pari: nettoyer l'océan Pacifique des déchets plastiques. S'accumulant depuis les années 50, ce fameux " 7ème continent " a accéléré sa croissance dans les années 70 où beaucoup des déchets qui le constituent proviennent des rivières se jetant dans l'océan.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL