Il reste deux ans pour agir contre le changement climatique, prévient l'ONU

Claudine Rigal
Septembre 13, 2018

"Si nous ne changeons pas de trajectoire d'ici 2020, nous risquons de rater le moment où nous pouvons encore éviter un changement climatique incontrôlable, avec des conséquences désastreuses pour les individus et tous les systèmes naturels qui nous soutiennent ".

Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, a cité en exemple les efforts du Maroc en matière de promotion des énergies propres, comme en témoigne le complexe d'énergie solaire Noor à Ouarzazate qui permettra d'alimenter en électricité plus d'un million de foyers d'ici 2020. "Nous avons les outils pour rendre nos actions efficaces mais nous manquons -même après l'accord de Paris- de leadership et d'ambition pour faire ce que nous devons faire", a-t-il déploré.

"Il n'y a plus de temps à perdre".

"Les technologies sont là pour aider à lutter contre le changement climatique, a noté M. Guterres, qu'il s'agisse de carburants plus propres, de matériaux de construction alternatifs, de meilleures batteries et d'avancées dans l'agriculture et l'utilisation des terres".

L'ancien premier ministre portugais pense que " trop de dirigeants ont refusé d'écouter ", laissant aujourd'hui l'humanité face au mur. "Nous nous plaçons au bord du gouffre", a prévenu M. Guterres, ajoutant que bien qu'il ne soit pas trop tard pour changer de cap, "chaque jour qui passe signifie que le monde se réchauffe un peu plus et que le coût de l'inaction augmente". Les scientifiques nous le disent depuis des décennies.

Ainsi, à l'horizon 2030, l'énergie éolienne et solaire pourrait alimenter plus du tiers de l'Europe, a relevé le chef de l'ONU. " Aujourd'hui, il est déjà trop tard: " dans certaines situations ", les résultats " ressemblent aux pires scénarios des scientifiques ". Mais même ces objectifs ne seront pas tenus.

"Selon le Secrétaire général de l'ONU, il y a une autre raison d'agir: " le devoir moral ".

Antonio Guterres a rappelé qu'il organisera à l'ONU un sommet mondial sur le climat en septembre 2019, soit un an avant l'échéance imposée aux signataires de l'accord de Paris de 2015 pour s'acquitter de leurs engagements.

Antonio Guterres en appelle aux dirigeants, et appelle chacun à se mobiliser.

Tout au long de son discours, le plus haut dignitaire de l'ONU dresse un bilan qui fait froid dans le dos en énumérant un à un les effets de l'homme sur la planète bleue: " Nous connaissons des températures records dans le monde entier.

"Le moment est venu pour nos dirigeants de montrer qu'ils se soucient des personnes dont ils ont le destin entre leurs mains".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL