L’Apple Watch et les AirPods devraient finalement échapper aux tarifs douaniers américains

Xavier Trudeau
Septembre 20, 2018

La Maison Blanche a plus tôt menacé que si la Chine ripostait, les Etats-Unis imposeraient immédiatement de nouveaux tarifs sur environ 267 milliards de dollars d'importations chinoises, touchant ainsi la quasi-totalité des importations chinoises aux Etats-Unis.

" Nous avons toujours cru que des négociations sur un pied d'égalité, se déroulant de bonne foi, représentaient l'unique solution appropriée pour sortir des différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis", a-t-il plaidé.

Pékin prélèvera les nouveaux droits de douane à partir du 24 septembre, la date fixée par l'administration Trump pour imposer les siens.

Des droits punitifs adoptés en juillet et août ciblaient déjà des biens chinois représentant 50 milliards de dollars d'importations annuelles aux Etats-Unis.

Outre son combat contre le déficit commercial qu'il abhorre, le président américain avait souligné que ces tarifs douaniers étaient aussi destinés à forcer la Chine à mieux respecter les droits de propriété intellectuelle. "Ils savent aussi que je suis celui qui sait comment arrêter ça", a lancé dans un second tweet mardi matin le dirigeant américain. Il a fini par la mettre à exécution: 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires vont être taxés à 10%, la Chine promettant de son côté des "représailles".

Sous pression d'entreprises américaines, inquiètes de l'impact pour leur activité, l'administration Trump a épargné certains produits de grande consommation des droits de 10%.

Après la Russie et la Turquie, c'est la Chine qui a réduit ses investissements de 7,7 milliards de dollars dans la dette publique américaine, d'après les données du département du Trésor des États-Unis. Le président américain a annoncé, lundi 17 septembre, de nouvelles barrières douanières à l'encontre de la Chine.

Selon lui, les nouvelles taxes vont "faire entrer beaucoup d'argent dans les caisses des Etats-Unis ".

Pékin avait alors répliqué " dent pour dent", au dollar prêt, avec ses propres tarifs douaniers sur le même montant de marchandises américaines. Sans effet, pour le moment, sur son partenaire commercial.

Pour lui, les Etats-Unis sont en position de force grâce à une croissance très dynamique par rapport à une économie chinoise qu'il juge plus fragile.

Donald Trump a justifié sa décision en rejetant la responsabilité sur l'empire du Milieu.

Le géant asiatique, qui a dénoncé des droits de douane "inacceptables", pourrait surtout ne pas revenir à la table des négociations destinées à trouver un compromis: cette nouvelle salve américaine "ajoute de l'incertitude" aux pourparlers, a insisté Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise.

" Espérons que cette situation commerciale soit résolue, en dernier ressort par moi-même et par le président Xi (Jinping) pour lequel j'ai un profond respect et affection", a déclaré Donald Trump. Il sera peut-être plus facile d'énumérer, d'ici la fin du mandat de Donald Trump, les cibles qui ont échappé à ses ukases protectionnistes. La banque centrale américaine a, elle, mis en garde à plusieurs reprises qu'une guerre commerciale représentait pour l'heure la plus grande menace pour la croissance américaine.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL