La Nasa va envoyer un laser géant dans l'espace

Alain Brian
Septembre 17, 2018

Le lancement aura lieu ce samedi 15 septembre à 5h46 heure locale (12H46 GMT / 14H46 heure de Paris) depuis la base Vandenberg de l'US Air Force à suivre via le live de la NASA proposé en fin d'article. Pour lancer ce laser, le plus avancé jamais placé en orbite, un milliard de dollars ont été déboursés.

A quoi va servir ce laser?

. Le satellite en question baptisé Ice, Cloud and land Elevation Satellite-2 (ICESat-2) embarquera l'Advanced Topographic Laser Altimeter System (ATLAS), qui sera le laser envoyé dans l'espace dont la technologie sera la plus avancée comme l'indiquait un communiqué de la NASA du 5 septembre 2018.

Avec l'ICESat-2, les mesures seront "extrêmement précises", de l'épaisseur d'un crayon, a assuré un membre de l'équipe, Kelly Brunt.

Rappelons que la mission ICESat première du nom a été menée entre 2003 et 2010. "Le laser va mesurer l'altitude puisqu'il va mesurer le temps que le photon va mettre à aller vers la glace et revenir vers le satellite à 300 000 km par seconde." . " Extraordinairement important pour la science "Richard Slonaker, responsable du programme ICESat-2 à la Nasa, a déclaré qu'il s'agissait d'une mission " extraordinairement importante pour la science ". Il fournira des données nettement plus détaillées que celles de la mission précédente.

Car depuis près de dix ans l'agence ne disposait plus d'un instrument en orbite pour mesurer l'épaisseur des superficies recouvertes de glace à travers la planète.

Des mesures seront prises tous les 70 centimètres sur la trajectoire du satellite. Malgré sa puissance, le rayon ne sera pas chaud au point de faire fondre la glace depuis le poste d'observation orbital déployé à quelque 500 kilomètres au-dessus de la Terre, a relevé la Nasa. Dans un contexte de réchauffement climatique avec l'évolution constante des émissions CO2, il est plus que nécessaire de disposer de mesures fiables concernant la santé des pôles, dont le bon état est essentiel au maintien du climat terrestre.

Cela va apporter des données qui vont confirmer le changement climatique et surtout sa magnitude, c'est-à-dire son importance. "L'une des choses que nous essayons de faire est de décrypter les changements qui s'opèrent à l'intérieur de la glace, et cela va énormément améliorer notre compréhension en la matière, en particulier dans les régions où nous ne savons pas bien encore comment ils évoluent", a expliqué M. Wagner, citant les grandes profondeurs de l'Antarctique comme l'une de ces zones mystérieuses.

Ce programme de 850 millions d'euros est prévu pour durer trois ans.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL