Le candidat de Trump à la Cour suprême promet d'être "impartial"

Claudine Rigal
Septembre 6, 2018

Brett Kavanaugh, 53 ans, a d'autre part tenu à revendiquer son "indépendance" face au président américain, lors du deuxième jour de son audition de confirmation devant la commission judiciaire du Sénat, mercredi.

Les démocrates rappellent à l'envi l'opinion exprimée en 2009 par le juge Kavanaugh, pour qui lancer des poursuites contre un président en exercice soulevait de "sérieuses questions constitutionnelles" car cela entraverait son travail. Mais il sera rapidement remplacé par un autre républicain, qui devrait voter pour Brett Kavanaugh, sauf surprise.

Les républicains disposent d'une courte majorité (51-49) au Sénat, qui a le dernier mot sur les nominations présidentielles, à vie, à la Cour suprême.

"Plus de femmes vont être forcées d'avorter clandestinement!"

Ils s'indignent également de n'avoir pas pu consulter à temps des dizaines de milliers de pages de documents retraçant sa carrière, notamment son passage à la Maison-Blanche sous George W. Bush. Ils le soupçonnent d'avoir à cette époque joué un rôle dans les décisions liées aux techniques d'interrogatoires musclées menées pendant les guerres en Irak et Afghanistan.

"Il a férocement défendu l'indépendance de la justice".

Les élus démocrates de la commission, qui se disent prêts à aller au fond des choses pour déterminer si Kavanaugh est apte pour remplir cette fonction à vie, se sont employés à lui faire préciser ses opinions sur l'avortement et les armes à feu, deux des grands débats qui traversent la société américaine. Il devait prendre la parole seulement dans l'après-midi.

L'ex-candidate à la présidentielle, Hillary Clinton, a ironisé sur Twitter: "Si Brett Kavanaugh devient juge à la Cour suprême, aidera-t-il à éviscérer ou à revenir sur Roe v. Wade?" Ce dernier jouait un rôle pivot, entre quatre conservateurs et quatre progressistes. D'autant qu'un juge nommé par Donald Trump en 2017, Neil Gorsuch, siège déjà à la Cour suprême et que l'arrivée de Brett Kavanaugh pourrait ancrer l'institution du côté conservateur.

Brett Kavanaugh saluera le rôle d'Anthony Kennedy, pour qui il a travaillé, dans des remarques qui pourraient viser à apaiser les démocrates.

"Donald Trump a mené à bien sa menace de nommer un magistrat qui sapera les droits et libertés fondamentales", renchérit Human Rights Campaign, grande association américaine de défense des droits LGBT.

Très attendue, son audition publique démarrera mardi à 09H30 (13H30 GMT) avec sa déclaration et celles d'une trentaine d'intervenants, dont l'ancienne secrétaire d'Etat Condoleezza Rice. Si aucun ne s'est encore prononcé, les républicaines ne semblent toutefois pas fermement opposées au juge nommé.

Grâce à cette majorité, la Maison-Blanche s'attend à une confirmation rapide.

De quoi assurer la teinte conservatrice de la Cour suprême pendant au moins une génération, comme l'avait promis le milliardaire pendant sa campagne en 2016, s'attirant le vote en masse des évangélistes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL