Lyme : moins de 10% de diagnostics confirmés, selon une étude française

Evrard Martin
Septembre 27, 2018

Une étude dévoile que neuf cas de maladie de Lyme sur dix seraient mal diagnostiqués et de ce fait mal soigné avec des traitements antibiotiques prolongés.

Selon les détails de l'étude - dont nous avions rapporté les résultats préliminaires en juin dernier - sur 301 patients, le diagnostic de la maladie de Lyme n'a été formellement confirmé que chez 29 patients, soit moins de 10% de la cohorte.

La maladie de Lyme est une maladie infectieuse, nommée également borréliose de Lyme, transmise par les morsures de tiques dont le diagnostic est difficile à établir et pour laquelle aucun test n'est fiable à 100 %, et qui se traite par antibiotiques.

Une étude a trouvé que la maladie de Lyme n'est confirmée que chez 10 % des patients qui consultent pour une suspicion de cette maladie. Une autre maladie a finalement été diagnostiquée chez 80% des patients. Pour 31,2 % des cas, il s'agit de problèmes psychologiques; pour 19 %, de maladies rhumatologiques ou musculaires; pour 15,2 % de maladies neurologiques. Ce, "à raison de 1 à 22 traitements différents par patient, et durant une durée médiane de 34 jours (les extrêmes allant de 28 jours à 730 jours)", déplorent l'AP-HP dans un communiqué accompagnant la publication des résultats. Ils étaient considérés comme étant possiblement atteints de la maladie de Lyme s'ils validaient trois critères sur quatre.

"Le surdiagnostic et le traitement excessif de la maladie de Lyme s'aggravent et les autorités sanitaires devraient enquêter sur ce phénomène", écrivent les auteurs de ce travail AP-HP/Inserm/ Sorbonne Université dans un article récemment paru dans la revue spécialisée Clinical Infectious Diseases. "L'ensemble des études ayant cherché à évaluer correctement l'intérêt d'une antibiothérapie prolongée dans la maladie de Lyme n'ayant montré aucun bénéfice pour les malades", ajoute-t-elle. Si ce tableau clinique est bien celui de la "maladie de Lyme", il est loin d'être exclusif à cette pathologie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL