Pôle emploi visé par une enquête pour harcèlement moral et homicide involontaire

Xavier Trudeau
Septembre 7, 2018

Selon la CGT, 50 % des offres publiées sur le site Internet Pôle-emploi.fr sont illégales.

Pôle Emploi est visé par une information judiciaire pour harcèlement moral, mise en danger délibérée de la personne d'autrui, non-assistance à personne en danger, homicide involontaire et conditions de travail contraires à la dignité de la personne, a révélé mardi France Info. La conseillère, qui souffrait de bipolarité, aurait notamment fait état d'une "pression des chiffres", de conflits avec sa hiérarchie et de "surmenage". Une souffrance qu'elle avait d'ailleurs détaillée dans un mail envoyé à sa référente syndicale. Dans un courrier électronique datant du 18 octobre 2012, elle avait indiqué que sa manager aurait tenu "des propos plus que désobligeants à [son] égard".

Les avocats dénonçaient une fusion "menée de façon totalement barbare" et "le déni total de la direction malgré les alertes". "Elle a énormément souffert" à Pôle emploi, affirme la mère de famille qui précise qu'elle n'a jamais reçu de condoléances de la part de l'entreprise après la mort de sa fille. D'après la plainte des parents d'Aurore et de la CFTC Emploi, le cas de la conseillère n'est pas isolé. "Plus de 17 suicides" "auraient une origine professionnelle" entre 2008 et 2014, est-il écrit.

Joint par l'AFP, Pôle Emploi fait savoir qu'"elle ne commente pas une instruction judiciaire en cours".

Contacté par FranceInfo, Pôle Emploi estime faire le maximum pour prévenir les risques psycho-sociaux, en déployant "des moyens considérables, à travers des accords sociaux et un nombre extrêmement important de professionnels formés à la fois côté RH et côté management". L'Office central pour la répression des violences aux personnes se charge désormais de l'enquête.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL