Paris sans voiture dimanche, pour le plus grand bonheur des piétons — France

Claudine Rigal
Septembre 17, 2018

Les véhicules de dépannage pouvant justifier d'une intervention, véhicules d'urgence et de secours, et voitures des personnes handicapées, autobus touristiques, camions de déménagement munis d'une autorisation et autobus, ainsi que les taxis, ont pu circuler comme un dimanche habituel, mais étaient limités à 30 km/h, voire 20 km/h dans les quatre premiers arrondissements. La circulation avait même diminué d'un tiers sur le périphérique, alors qu'il n'était pas concerné par l'opération.

L'objectif de cette "Journée sans voiture " est de "rendre l'espace public moins pollué, plus agréable et plus apaisé ", explique la mairie de Paris.

La quatrième édition de la journée sans voiture, organisée le dimanche 16 septembre, de 11h à 18h à Paris, a connu un succès avec, notamment une baisse importante des niveaux de pollution et de bruit selon un bilan provisoire de l'observatoire Bruitparif, (centre d'évaluation technique de l'environnement sonore en île de France) et de Airparif, (association de surveillance de la qualité de l'air en île de France). Plus les heures s'écoulent, plus les résultats s'améliorent. "Ça fonctionne assez bien, on voit rapidement l'impact " d'une telle mesure, souligne Amélie Fritz, d'Airparif.

Motif des maïeurs des deux capitales voisines: la Journée sans voiture concourt à démontrer qu'une autre ville est possible, dans le contexte des effets actuels des émissions polluantes liées au trafic routier, en particulier des moteurs thermiques, sur la santé et le climat.

La police a dressé 99 procès-verbaux pour non-respect des restrictions de circulation, et 86 pour vitesse excessive, selon la préfecture de police.

Selon la mairie de Paris, le trafic automobile intramuros a enregistré une baisse "record" de 6% entre 2017 et 2018. La pollution de l'air a été réduite "dans des proportions comparables ".

À la veille du dimanche sans voiture dans leurs villes respectives, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont lancé un "appel solennel" à étendre cette initiative à toute l'Europe.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL