Pour se nourrir, les bourdons deviennent accros aux néonicotinoïdes — Pesticides

Evrard Martin
Septembre 1, 2018

Un bourdon récupère du pollen sur une fleur.

Pour mettre en évidence une certaine addiction, ils ont exposé les abeilles de chaque rucher, pris séparément, à des solutions sucrées aux différentes concentrations, sans les y forcer. C'est ce qu'a révélé une étude sur les bourdons, montrant qu'ils deviennent accro à cette substance pour se nourrir. Ils se mettent ensuite peu à peu à la préférer à l'eau non traitée.

Devançant la réglementation de l'Union européenne, la France interdit à partir de ce samedi les insecticides néonicotinoïdes, les plus utilisés au monde, qui sont à l'origine du déclin des colonies, provoquant une surmortalité des insectes pollinisateurs. "Il est d'abord apparu que les insectes évitaient la nourriture contenant le pesticide", décrit Andres Arce, qui a participé à l'étude. "Pourtant, au fur et à mesure où ils testaient la nourriture traitée, ils développaient une préférence pour celle-ci".

" Nos résultats selon lesquels les bourdons acquièrent un goût pour les néonicotinoïdes animent certains symptômes du comportement addictif, ce qui est intriguant compte tenu des propriétés addictives de la nicotine chez l'homme, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour déterminer cela chez les abeilles".

The Independant rapporte qu'au fil du temps, les abeilles ont visité les aliments contenant des pesticides et les autres aliments moins, et n'ont eu aucune difficulté à trouver celle qu'ils souhaitaient, même lorsque les sources étaient déplacées. Début 2015, une précédente étude avait déjà relevé l'attirance apparente des abeilles pour les fleurs traitées: quand on leur proposait une solution de sucrose à côté d'une autre associée à un néonicotinoïde, les abeilles mellifères comme les bourdons préféraient se tourner vers le second nectar. Au contraire des pesticides de surface, les néonicotinoïdes servent souvent de manière préventive, par enrobage des semences: la substance est alors absorbée par la plante et se propage à tous ses tissus.

Plusieurs pays en ont acté l'interdiction, principalement du fait de leur impact sur les abeilles.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL