Pour être aidé, il faudra travailler — Plan pauvreté

Xavier Trudeau
Septembre 14, 2018

" On ne peut que se réjouir des annonces faites dans le cadre de ce plan qui vise à cibler les nouveaux visages de la pauvreté ", confie à Aleteia Anne Parisse, responsable des actions de proximité dans la lutte contre l'exclusion au sein de l'Ordre de Malte. Des décisions qui ont fait réagir le Secours Populaire.

Le plan pauvreté sera doté d'un "total de huit milliards d'euros sur le quinquennat", a indiqué ce jeudi matin Agnès Buzyn au quotidien gratuit CNews. Le président souhaite rendre les crèches plus accessibles aux familles pauvres, sans donner véritablement de chiffrage. La formation des 600000 professionnels de la petite enfance sera par ailleurs complétée, " parfois revue ".

Car le président l'a rappelé: " 60.000 jeunes se retrouvent chaque année en dehors de tous les radars: ni à l'école, ni en emploi. Comment? En créant 30 000 places en plus dans les crèches comme cela avait déjà été évoqué auparavant. Aussi, dans les quartiers défavorisés, l'Etat subventionnera jusqu'à 90% l'ouverture des crèches.

Puis, il y a l'alimentation des plus démunis qui est au cœur du débat depuis quelques jours et, surtout, depuis le rapport du Secours Populaire.

Des repas à la cantine pour 1€.

Des petits déjeuner seront fournis gratuitement dans des écoles des Réseaux d'éducation prioritaire (REP).

"Ainsi, les bénéficiaires de ce qu'il a baptisé " revenu universel d'activité " - oubliant l'" allocation sociale unique " évoquée auparavant -, auraient des " droits et devoirs supplémentaires ", et l'obligation de s'engager dans " un parcours d'insertion qui empêche de refuser plus de deux offres raisonnables d'emploi ou d'activité ". "Il a précisé ces carences et a proposé un certain nombre de mesure, nous ce que nous attendons c'est de vérifier très concrètement la possibilité d'application de ces mesures." nous explique-t-il. L'ambition du gouvernement est de faire disparaitre les bidonvilles en augmentant l'investissement dans les logements sociaux. Face à la multiplication des campements, 271 millions d'euros de plus seront investis pour la construction de logements. D'ici 2022, le souhait d'Emmanuel Macron est de ne plus voir de bidonvilles.

Ainsi le plan d'un montant de huit milliards d'euros sur quatre ans est axé sur l'enfance et la jeunesse et prévoit, entre autres, des cantines à un euro, un coup de pouce aux crèches en province et une couverture maladie universelle complémentaire avec une participation financière inférieure à 1 euro par jour. "Il sera possible de bénéficier de l'aide sociale à l'enfance jusqu'à 21 ans".

"Quand Emmanuel Macron parle de revenu universel d'activité, [cela évoque] le revenu universel slogan de Benoit Hamon pendant la campagne présidentielle et mesure social-réformiste, mais aussi le programme classique de la droite, qui a toujours eu cette idée de rassembler toutes les allocations sociales en une seule". "La formation des personnels chargés de la petite enfance doit également être améliorée". Un investissement important qui attend d'être mis en place par les associations venant en aide aux plus démunis. Un plan ambitieux dont on espère vite des retombées concrètes, pour ces trop nombreux enfants.

Le président de la République a dévoilé hier une batterie de mesures pour lutter contre la pauvreté qui frappe 14 % des Français. C'est à dire les neuf millions de personnes, enfants compris, que les statistiques considèrent comme vivant en-dessous du seuil de pauvreté soit 1026 euros par mois.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL