Prison ferme pour un ex-conseiller de Trump — Enquête russe

Claudine Rigal
Septembre 9, 2018

George Papadopoulos est le premier à avoir collaboré avec la justice, et particulièrement avec le procureur spécial pour ce dossier, Robert Mueller.

"14 jours à 28 MILLIONS de dollars".

L'homme de 31 ans a été à l'origine de la fameuse enquête russe qui irrite fortement le président Trump depuis plus de 15 mois, avait plaidé coupable en octobre 2017, reconnaissant avoir menti sur le moment et l'importance de ses contacts avec des agents de la Russie, y compris un professeur qui lui avait confié que les Russes avaient de la " saleté " au sujet d'Hillary Clinton, alors rivale démocrate de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

L'ancien conseiller diplomatique aurait essayé d'organiser une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et Donald Trump. Un ancien conseiller diplomatique de Donald Trump, George Papadopoulos, a été condamné ce vendredi 7 septembre à 14 jours de prison pour avoir menti dans l'enquête sur une possible collusion entre Moscou et l'équipe de campagne du candidat républicain.

"J'étais jeune et ambitieux ", a expliqué dans la salle d'audience George Papadopoulos.

"Même l'équipe de Clinton n'était pas au courant que les Russes possédaient les e-mails volés", selon un rapport parlementaire. Signe de sa déchéance, le président l'a qualifié l'an dernier de "jeune bénévole de bas niveau" et de "menteur". "J'ai commis une grave erreur, qui m'a coûté très cher, et j'en ai honte". Le FBI, qui enquêtait déjà sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine, a ouvert un volet sur une possible collusion avec l'équipe de campagne de Donald Trump après avoir appris la nature des échanges entre George Papadopoulos et des intermédiaires de la Russie. Lors d'une soirée dans un bar londonien, il s'en ouvre à l'ambassadeur d'Australie, qui transmet l'information aux enquêteurs américains à l'été 2016.

Arrêté en juillet, passé au grill, il avoue et accepte en octobre de plaider coupable de faux témoignage et de collaborer à l'enquête. "Mais j'ai fait de mon mieux pour essayer de la réparer". "Je ne crois pas qu'il ait cherché à aider le gouvernement russe, je pense qu'il cherchait à promouvoir son intérêt personnel", a estimé le magistrat en prononçant la peine.

La condamnation de George Papadopoulos a été saluée par l'opposition.

Depuis, " il fut le premier domino et beaucoup d'autres sont tombés depuis", ont commenté les avocats de l'accusé, qui font référence aux autres personnalités impliquées dans cette affaire, telles que l'ancien chef de campagne Paul Manafort ou l'ancien avocat personnel de Trump, Michael Cohen. Selon son équipe de défense, il voulait garder ses chances d'obtenir un poste dans l'administration du désormais président Trump.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL