Un rapport pointe les erreurs commises pendant la crise — Levothyrox

Evrard Martin
Septembre 4, 2018

Comment tirer les leçons du Levothyrox? Après la remise ce lundi d'un rapport très critique sur la gestion de cette crise sanitaire, le ministère de la Santé promet une information "plus accessible, plus claire et plus réactive" sur les médicaments. La nouvelle formule de ce médicament contre la thyroïde, introduite en France au printemps 2017, a été accusée par des malades de provoquer d'importants effets secondaires. Vaccination H1N1, Mediator, Dépakine, pilules de troisième génération. Co-président de la mission, en compagnie de Magali Leo, de l'association de patients Renaloo, le médecin urgentiste Gérald Kierzek est venu en expliquer les propositions sur Europe 1, rappelant l'exemple de la crise du Levothyrox et le "retard au démarrage dans la réaction des autorités sanitaires".

Une formule qui peut faire écho aux manquements signalés par le rapport et relevés par Le Parisien, à savoir un défaut de réactivité face à l'organisation des patients concernés par un problème lié à un médicament. "Elle appelle notamment à la création d'une plateforme " Médicament Info Service " sur Internet et réclame " un effort accru de transparence " sur les risques que présentent les médicaments et une sensibilisation, y compris " dans les programmes scolaires", sur leur bon usage.

La communication d'urgence en cas d'alerte sur un médicament est elle "confiée" à l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), souligne le communiqué.

De même, le ministère indique que, pour la première fois, les patients vont être représentés au Comité économique des produits de santé (CEPS) qui négociait, jusque là sans eux, les prix des médicaments remboursés et les rabais avec les laboratoires.

Enfin, Agnès Buzyn a annoncé la généralisation du Dossier Médical Partagé (DMP) par l'Assurance maladie sur l'ensemble du pays "à compter d'octobre 2018". Ce dossier santé informatisé contribuera, avec le dossier pharmaceutique, à "faciliter la coordination des soins entre les prescripteurs" et les pharmacies. Trois mois plus tard, une pétition avait commencé à circuler pour dénoncer les effets secondaires rencontrés par les patients, imputés au nouveau traitement, et avait rapidement recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL