Une amende de 17'000 dollars pour Serena Williams — US Open

Pierre Vaugeois
Septembre 10, 2018

Il lui est reproché d'avoir qualifié l'arbitre de chaise, le Portugais Carlos Ramos, de "voleur" après plusieurs incidents d'arbitrage.

Je ne triche pas, je n'ai jamais triché de ma vie, je me bats pour ce qui est juste, vous me devez des excuses.

Sortant de ses gonds, la cadette des soeurs Williams s'en est de de nouveau prise à l'arbitre. "Vous attaquez ma personne". Vous me devez des excuses. " Vous m'avez volé un point".

Alors que Osaka menait 6-2, 4-3, Serena a reçu un jeu de pénalité, un fait très rare à ce niveau-là. Deux jeux plus tard, la star américaine s'inclinait dans la confusion et voyait son rêve d'égaler le record absolu de titres en Grand Chelem (24), s'envoler.

C'est ce qui ressort d'une entrevue accordée à LCN par l'entraîneur national en charge du programme féminin à Tennis Canada, dimanche après-midi, au lendemain de l'incident entre Serena Williams et l'officiel Carlos Ramos en finale des Internationaux des États-Unis. Un geste que lui-même ne conteste pas. On voit toute l'année ce type de situations se produire, avec des réactions systématiquement opposées des arbitres.

"Est-ce que j'ai coaché?" Après la rencontre, son entraîneur Patrick Mouratoglou a reconnu avoir fait du coaching, mais il a critiqué un manque de " psychologie " de l'arbitre. Il ne l'a pas fait.

Rien n'y fait. Et Serena Williams, en larmes par la suite, n'inversera pas la tendance. "J'ai parfois reçu un +pré-avertissement+ par l'arbitre, qui me disait: +Arrête ça ou je devrais te mettre un avertissement+, s'est souvenu sur Twitter l'Américain James Blake, ancien N.4 mondial". Il [l'arbitre] aurait dû donner cette chance [à Serena Williams].

"Coacher devrait être autorisé en tennis". Ainsi, après un avertissement pour coaching, Williams s'en prenait un second pour cassage de raquette. "Pour moi, lui dire que c'est un voleur et recevoir un jeu de pénalité pour ça, c'est une décision sexiste". C'est extrêmement choquant. J'ai l'impression qu'il y a deux poids, deux mesures. Pas impressionnée par l'enjeu ou par l'aura que peut dégager Serena Williams dans son jardin, sur le court Arthur Ashe, Naomi Osaka a breaké dès le 3e jeu du match.

Naomi Osaka " jouait vraiment bien. "En 2009 notamment, elle avait menacé une juge de ligne de lui " enfoncer " la balle " dans la gorge ". À 2-3 dans le second set, Serena écopait donc d'un point de pénalité.

A la question de savoir si elle est prête à l'accueil qui va être réservé à la première japonaise vainqueur d'un Grand Chelem, Osaka répond: "Il semblerait que non, je ne suis pas prête, parce que tout le monde me pose cette question".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL