USA : 26% des utilisateurs de Facebook ont supprimé l'appli de leur smartphone

Alain Brian
Septembre 10, 2018

Un constat qui émane d'un sondage réalisé de fin mai à début juin auprès d'un échantillon de 3 412 utilisateurs de Facebook issus d'un panel de 4 594 personnes majeures aux États-Unis. Voilà qui peut peut-être partiellement s'expliquer - assez ironiquement - par la popularité de Facebook parmi la population plus âgée.

Mettre Facebook en pause ou supprimer l'application de son smartphone sont devenues des habitudes de plus en plus courantes, comme le rapporte l'un des sondages du Piew Research Center.

Préoccupés par la protection de leurs données personnelles, de plus en plus d'internautes ont décidé de s'éloigner de Facebook. Et il s'avère que selon la dernière étude du Pew Research Center, que l'un dans quatre Américains a supprimé le Facebook app à partir de leurs téléphones.

L'enquête n'a toutefois pas précisé le pourcentage d'utilisateurs qui quittaient le réseau social toutes plateformes confondues. Tout semble indiquer que les gens se font de la sorte plus critiques au niveau de leur utilisation du média social ou à tout le moins s'intéressent pour la première fois de près à leurs paramètres de confidentialité. 44% des utilisateurs âgés de 18 à 29 ans ont déclaré avoir effacé l'application Facebook, contre 20% des utilisateurs âgés de 50 à 64 ans et 12% pour les plus de 65 ans.

De quoi déclencher une prise de conscience qui d'après le Pew Research Center est davantage marquée du côté des jeunes utilisateurs de Facebook.

Facebook a réagi en facilitant la modification des paramètres d'utilisateurs.
Le chiffre tombe à 12% chez les 65 ans et plus.

Pew remarque que, selon les mesures choisies, des différences d'âge se dégagent chez les utilisateurs. Ils ont effectué lopération de téléchargement de données personnelles facilitée par la mise à jour des paramètres de confidentialité effectuée à la suite des révélations concernant laffaire Cambridge Analytica.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL