Valls songe à Barcelone, Hollande "respecte ce choix"

Claudine Rigal
Septembre 25, 2018

Manuel Valls, Premier ministre de François Hollande, se lance dans la bataille municipale de Barcelone.

"Peut-il être candidat? Oui, mais c'est un candidat qui ne connaît pas Barcelone, qui n'est pas connu à Barcelone, et qui par contre est connu en France et qui connaît la France", a-t-il poursuivi en français.

"Vull ser el pròxim alcalde de Barcelona".

Manuel Valls sur le point de franchir le pas? Lui a préparé son implantation en rencontrant la population, mais aussi de nombreuses personnalités de la société civile.

S'il n'a pas encore dévoilé son programme, Valls, qui a été élevé à Paris par un père catalan et une mère italo-suisse et naturalisé français à 20 ans, pourrait tenter d'incarner une Barcelone cosmopolite face au nationalisme catalan. Tout comme l'autre grand parti séparatiste, Esquerra Republicana de Catalunya (ERC, Gauche républicaine de Catalogne), qui présente Ernest Maragall, frère de l'ancien maire Pasqual Maragall.

Figure clivante en France, Manuel Valls suscite aussi le rejet chez certains Barcelonais, en particulier dans le camp indépendantiste, qui ironise sur sa méconnaissance de la ville.

Il a même adopté le catalan comme langue officielle de son compte Twitter aujourd'hui.

C'est la fin d'un (faux) suspens de plusieurs mois. En 2014, celle-ci avait raconté son passé de droguée dans un livre autobiographique.

Valls a-t-il ses chances? Ancien ministre de l'Intérieur, il maîtrise la thématique de la sécurité, une préoccupation croissante des habitants.

Les élections à Barcelone auront lieu le 26 mai prochain.

"C'est une candidature qui chamboule" le paysage politique, estime pour sa part Joaquim Coll, historien et analyste politique proche de Valls, qui juge son pari "risqué" mais pas "suicidaire".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL