600.000 personnes à Londres — Brexit

Claudine Rigal
Octobre 22, 2018

Plus d'un demi-million de personnes ont bruyamment participé à "la plus grande manifestation sur le Brexit", selon les organisateurs, ce samedi à Londres. Les participants réclament un référendum sur l'accord final, encore négocié entre Londres et Bruxelles à cinq mois de l'échéance.

Selon ce mouvement militant pour un " vote populaire " et réunissant plusieurs associations europhiles, quelque 570.000 personnes ont répondu à son appel à manifester.

La Première ministre britannique Theresa May va réitérer lundi son opposition à la solution de l'UE pour résoudre le problème de la frontière irlandaise après le Brexit, tout en assurant que l'accord de retrait est presque finalisé, ont indiqué dimanche ses services.

Londres comme Bruxelles veulent éviter le rétablissement d'une frontière physique, mais leurs points du vue divergent sur la manière d'y parvenir et les deux parties n'ont pu s'accorder lors du sommet européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles. Sous un doux soleil automnal, le cortège de manifestants, venus des quatre coins du pays et amenés par plus de 150 cars, a commencé à parcourir le centre de la capitale britannique à la mi-journée, en direction du Parlement.

Lors du dernier défilé de ce genre, en juin, environ 100.000 personnes s'étaient rassemblées et les organisateurs espèrent bien dépasser ce nombre, avec la manifestation "la plus grande" et la plus "bruyante" jamais organisée en faveur d'un tel scrutin. "Les gens ont voté" à 52%, le 23 juin 2016, en faveur de la sortie de l'UE, a déclaré la cheffe de gouvernement mercredi, déterminée à "mettre en oeuvre" le résultat de ce vote.

L'idée d'un nouveau référendum a gagné en popularité ces derniers mois au Royaume-Uni et des personnalités politiques de tous bords la soutiennent, notamment l'ex-Premier ministre Tony Blair.

Samedi, dans la capitale anglaise, un énorme cortège de manifestants a manifesté pour réclamer un second référendum du Brexit.

Cette extension de la période de transition, actuellement prévue pour durer jusqu'à fin 2020, permettrait de donner un peu plus de temps à Londres et Bruxelles pour négocier leur future relation commerciale, tout en gardant ouverte la frontière entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande (membre de l'UE) après le Brexit, principale pierre d'achoppement des négociations de divorce. "Il est clair que nous sommes les plus nombreux", a déclaré sur l'estrade la députée conservatrice pro-UE Anna Soubry.

Parmi les orateurs attendus dans le centre de Londres figurent le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ainsi que des députés des partis conservateur, travailliste, libéral-démocrate, vert, et du SNP (parti indépendantiste écossais).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL