Allo-Médecins: Dépression en France en 2017

Evrard Martin
Octobre 19, 2018

Paris, le mardi 16 octobre 2018 - Le dernier numéro du Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (B.E.H.) est consacré à la prévalence de la dépression dans notre pays, d'une part dans la population générale âgée de 18 à 75 ans et d'autre part chez les actifs occupés.

La dépression a progressé de 5 points chez les chômeurs entre 2010-2017 et de 4 points chez les étudiants entre 2005 et 2017.

La dernière étude de "Santé Publique France" fait ressortir que plus d'un Français sur 10 a vécu un épisode dépressif en 2017.

La prévalence de la dépression chez les femmes est de 13 % contre 6 % chez les hommes. Le BEH a remis un questionnaire à 25 319 personnes pour mener son étude.

Cela s'explique par le rôle et la position sociale des femmes qui les exposent beaucoup plus au stress.

"Autre hypothèse: le fait que les hommes seraient moins enclins à admettre une dépression". L'an passé, une sur cent a été admise en établissement psychiatrique pour des troubles anxieux.

Les personnes aux plus faibles revenus sont les plus exposées, avec une augmentation de 3 points entre 2010 et 2017. Un grand nombre de symptômes comme le burn out, la boulimie ou l'anorexie peuvent s'installer ponctuellement ou parfois plus durablement (notamment l'insomnie ou la difficulté à se concentrer, ou une envie de suicide).

En fait, entre 2010 et 2017, des augmentations importantes ont été constatées dans différentes classes de population: les chômeurs, les 35-44 ans, les personnes de faible niveau de revenu, les étudiants, les femmes et les personnes ayant connu une rupture conjugale étaient ainsi les plus concernés.

Plus on vieillit, moins on déprime?

Sentiment de tristesse, perte d'intérêt ou encore dévalorisation de soi ...

La prévention et le diagnostic précoce revêtent également un enjeu stratégique. Ainsi, Santé Publique France recommande d'investir dans le suivi des enfants et des adolescents, surtout les individus fragiles. Pour cause, la dépression se développe la plupart du temps dès le plus jeune âge. Il est important de mettre en place des dispositifs visant à simplifier leur repérage et leur orientation. Et n'oublions pas que cette pathologie a un impact direct pour l'ensemble du fonctionement de la société puisque selon les chiffres de Santé Publique France, les troubles dépressifs sont responsables de 35% à 45% des arrêts de travail. Les souffrances au travail comme les menaces et les violences physiques favorisent la survenue de la dépression.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL