Cameroun - Présidentielle : l’attente interminable

Claudine Rigal
Octobre 9, 2018

"Mais lui-même ne peut plus et donc il faut que les camerounais par la large victoire que j'espère, fassent comprendre à notre Président gentiment qu'il est temps qu'il aille prendre sa retraite", a déclaré Maurice Kamto le candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) dans l'édition du 4 octobre 2018 du quotidien Le Jour.

Le Cameroun vote dimanche à une présidentielle à un tour dont Paul Biya, tout-puissant chef de l'Etat depuis 1982 qui brigue un 7e mandat consécutif, est le favori malgré un conflit armé sans précédent dans les régions anglophones.

Garga Haman Adji, candidat de l'Alliance pour la démocratie et le développement (ADD) qui participe pour la 3e fois à l'élection présidentielle, a été le premier à réagir à la déclaration de Maurice Kamto.

" Ce n'est pas impossible qu'il y ait des fauteurs de troubles " dans les régions anglophones, a déclaré à Yaoundé le ministre de la Communcation, Issa Bakary Tchiroma à des journalistes, ".

Deux autres candidats sortent du lot et peuvent espérer un score significatif: Joshua Osih, candidat du Social democratic front (SDF, principal parti d'opposition) malgré une campagne timorée, et Cabral Libii, benjamin de l'élection à 38 ans, qui a fortement mobilisé dans ses meetings.

L'idée d'une coalition de l'opposition était au coeur des débats au Cameroun depuis plusieurs mois.

Présidentielle  Cameroun Maurice Kamto clame victoire se met
Monde Présidentielle Cameroun Maurice Kamto clame victoire se met"hors-la-loi, selon le pouvoir

Avocat au barreau de Paris, il a notamment négocié avec succès pour le Cameroun le contentieux territorial avec le Nigeria sur la presqu'île de Bakassi.

Plus de 6 500 000 électeurs se rendront dimanche aux urnes, selon les statistiques de l'Elections Cameroon, organ chargé des affaires relatives aux élections.

"Nous n'accepterons aucun résultat si ce type de fraude continue", a indiqué le directeur de campagne de Maurice Kamto, Paul-Eric Kingue.

Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer la face de l'élection présidentielle au Cameroun.

Selon Hans de Marie Heungoup, chercheur à l'International Crisis Group (ICG), " quasiment tous les retours nous parvenant situent le taux de participation en deçà de 5 % " dans ces régions anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest où plus de 300000 personnes ont dû fuir leur domicile.

S'il y a moins d'animation qu'on pouvait l'imaginer, cette campagne passionne toutefois beaucoup de monde et les discussions sont vives dans les familles, entre amis, au travail ou sur les marchés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL