Cannabis légal: le Canada fera-t-il boule de neige ?

Claudine Rigal
Octobre 19, 2018

Le Canada est seulement le deuxième État de la planète à autoriser la marijuana récréative, après l'Uruguay en 2013.

D'autres critiques accusent le gouvernement de Justin Trudeau d'avoir précipité le processus de légalisation du cannabis pour des raisons électorales, puisque des élections fédérales sont prévues à l'automne 2019.

Ainsi, dès minuit, tout à l'Est du Canada, des dizaines de personnes s'étaient déplacé dans une boutique de l'enseigne Tweed, spécialement ouverte à cette heure tardive pour l'occasion, afin d'acheter les premiers grammes de cannabis "légal ". "Il gèle dehors, mais je n'ai pas froid".

En Ontario, province la plus peuplée du Canada, environ 38'000 commandes en ligne de cannabis avaient été passées en quelques heures mercredi, tandis qu'au Québec la société québécoise du cannabis (SQDC) a enregistré plus de 42'000 commandes en magasin et en ligne.

A Montréal, devant la succursale de la rue Sainte-Catherine, l'une des principales artères du centre-ville, Mathieu fait le pied de grue depuis 03H00. Certaines ont apporté des chaises pliantes et tuaient le temps en. fumant un joint. "C'est historique, je voulais être là!", explique-t-il à l'AFP.

Aux Etats-Unis, la consommation récréative de cannabis a également été légalisée dans huit Etats la Californie est devenu le 1er janvier 2018 le plus gros marché légal au monde et dans la capitale Washington.

Parallèlement, nombre de pays comme les Pays-Bas ou l'Espagne ont dépénalisé l'usage et la détention de marijuana ou légalisé le cannabis thérapeutique.

Mais cette mesure sera scrutée et disséquée tant par les Canadiens, appelés aux urnes dans un an pour des législatives incertaines, que par les pays alliés d'Ottawa.

Le marché légal devrait rapporter, selon les estimations, près de 6 milliards de dollars canadiens (soit 4 milliards d'euros) par an et par province.

L'été des Indiens, comme il se dit au Québec, a beau se faire désespérément attendre, les fumeurs de cannabis occupent plus que jamais le terrain. Pour rappel, cette décision est une des promesses de campagne de Justin Trudeau.

"Ça fait au moins deux ans qu'on travaille avec les différents gouvernements", a répondu mardi Justin Trudeau, répétant que la légalisation devait permettre de restreindre l'accès de cette drogue douce aux mineurs et "enlever l'argent des poches des organisations criminelles".

De son côté, le ministre de la Santé publique Ralph Goodale a annoncé la présentation prochaine d'un projet d'amnistie simplifiée pour les consommateurs condamnés à des peines pour simple possession de cannabis.

Selon les statistiques officielles, 16 % de la population canadienne a consommé du cannabis en 2017, pour un total de 773 tonnes.

Il semble inévitable que les 120 producteurs autorisés actuellement ne soient pas en mesure de satisfaire toute la demande dans l'immédiat. Mais Bill Blair, ancien chef de police de Toronto, maintenant ministre chargé de la Réduction du crime organisé, reste optimiste et croit pouvoir ravir 25% du marché noir d'ici la fin de l'année et environ la moitié d'ici un an. Ces dernières "ne vont pas disparaître tranquillement du jour au lendemain", préviennent les autorités.

Fumer un joint n'est plus illégal au Canada depuis mercredi dernier avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi qui légalise le cannabis dans dix provinces et trois territoires canadiens. Enfin, le ministère de la Justice a indiqué qu'il faudrait quatre ans pour éradiquer le marché noir.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL