Cour suprême : le juge Kavanaugh a prêté serment, Donald Trump jubile

Claudine Rigal
Octobre 9, 2018

En dépit des accusations d'agressions sexuelles dont il fait l'objet, le prétendant conservateur choisi par Donald Trump siégera bien à la Cour suprême. (EPA) (EPA) Le Sénat, qui donne le feu vert pour les nominations à vie au sein du temple du droit américain, a suivi les lignes partisanes, les républicains votant pour et les démocrates contre, à l'exception d'un élu démocrate.

C'est entendu, au terme d'un adoubement difficile et sans gloire, Brett Kavanaugh fait son entrée à la Cour Suprême légalement. En d'autres temps, les Républicains auraient été refroidis par la morgue développée par Kavanaugh au fil des accusations qui pleuvaient contre lui, charges formulées par trois femmes qui, justement, ont su garder toute leur dignité alors même qu'elles avaient été victimes d'agression sexuelle. L'une des manifestantes s'est présentée devant le Capitole seins nus et avec une fausse moustache.

Des manifestants sont arrivés en nombre samedi dans la capitale américaine pour s'opposer à la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême des États-Unis.

L'arrivée de ce fervent défenseur des valeurs conservatrices placera les juges progressistes -quatre sur neuf- en minorité pour potentiellement de nombreuses années.

Mais la candidature de Brett Kavanaugh, un brillant magistrat formé à l'université de Yale, a déraillé quand une femme l'a accusé mi-septembre d'une tentative de viol remontant à une soirée entre lycéens en 1982. Cette accusation a provoqué un choc, près d'un an après le lancement du mouvement #MeToo contre les violences sexuelles. Lors d'une audition au Sénat suivie par 20 millions d'Américains, Christine Blasey Ford, universitaire de 51 ans, s'est dite sûre " à 100 % " d'avoir été agressée par Brett Kavanaugh alors qu'elle n'avait que 15 ans et lui 17.

Un rapport complémentaire de la police fédérale (FBI) a toutefois conforté les républicains, qui n'y ont "rien" trouvé de compromettant. Pour les avocats de Mme Ford, ce rapport n'est pas "significatif" car ni Mme Ford ni le juge Kavanaugh n'ont été interrogés. La nouveauté, cette fois, provient de la possibilité désormais offerte à un homme soutenu par le bord conservateur contre le camp démocrate d'accéder à la juridiction la plus élevée en raison de la seule volonté du président, lequel s'est réjoui tapageusement d'avoir remporté une bras-de-fer politique.

Mais son vote ne devrait pas changer le résultat du scrutin.

"Je ne crois pas que ces accusations puissent équitablement empêcher le juge Kavanaugh de servir à la Cour", a-t-elle ajouté.

Reste à voir l'impact de ce vote sur les élections parlementaires du 6 novembre: va-t-il pousser les femmes à voter pour les démocrates? Les conservateurs vont-ils vouloir remercier les républicains ou vont-ils se démobiliser maintenant que leur demande est satisfaite?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL