Des données de 29 millions de personnes ont été compromises — Facebook

Xavier Trudeau
Octobre 13, 2018

Selon le réseau social, les jetons d'accès de 30 millions de personnes ont été volés. Les hackers ont ensuite pu accéder aux données de certains amis de ces comptes, 29 millions de personnes au total.

Pour l'ensemble des 29 millions de comptes, les hackers - dont l'identité ou l'origine n'ont pas été révélées jusqu'à présent - ont accédé au nom de l'usager, son adresse email et son numéro de téléphone si celui-ci était indiqué dans son profil.

Pour 14 millions de personnes, les malandrins ont en plus siphonné l'identifiant, le genre, la langue parlée, le statut relationnel, la religion, la ville de résidence et celle de naissance, la date de naissance, la formation, le travail, les appareils utilisés pour se connecter à Facebook, les dix derniers endroits recherchés ou marqués dans Facebook, les sites, les profils ou les Pages suivis, ainsi que les 15 dernières recherches. Une faille de sécurité découverte en septembre dans le premier réseau social du monde a permis à des pirates informatiques de compromettre des données personnelles de quelque 29 millions d'usagers, a indiqué Facebook vendredi dans un communiqué, bien moins qu'il ne le craignait initialement.

La pêche a été beaucoup plus fructueuse, et potentiellement plus dommageable, dans les 14 autres millions de cas. Facebook a indiqué que le FBI poursuivait son enquête et lui avait demandé de ne rien en dévoiler. Au grand soulagement des utilisateurs, Facebook a précisé que les échanges - souvent très personnels - sur son système de messagerie Messenger n'étaient " pas accessibles aux attaquants " à l'exception d'une configuration très particulière. "C'est l'équivalent d'une clé numérique qui permet aux personnes qui sont identifiées de ne pas devoir entrer leur mot de passe à chaque connexion", explique Facebook. Le 16 septembre, Facebook a observé une hausse inhabituelle du nombre de connexions et décidé d'enquêter.

La faille a existé entre juillet 2017 et septembre 2018.

Les utilisateurs concernés devraient recevoir un message personnalisé dans les prochains jours, leur indiquant les mesures préventives supplémentaires qu'ils peuvent prendre pour protéger leur compte. Les applications Messenger Kids, Instagram, WhatsApp, Oculus, Workplace ou Pages n'ont pas été affectés.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL