En sommet en Arménie, la Francophonie s'apprête à introniser une Africaine

Pierre Vaugeois
Octobre 12, 2018

" J'apprends les mots les plus utiles: comment ça va?"

La tunisie va abriter en 2020 le 18ème Sommet de la francophonie.

Comme tous les deux ans, les pays ayant le français en partage tiennent leur grand-messe. Le portrait du chanteur français d'origine arménienne Charles Aznavour, décédé la semaine dernière, a été diffusé pendant un court moment. " Il a porté le nom de l'Arménie ", a-t-il souligné. La considérant plutôt comme "un lieu de reconquête", Emmanuel Macron l'a appelée à se "réinventer". Entre autres activités prévues dans l'agenda de ce 17ème Sommet de l'organisation francophone, outre l'ouverture des travaux par le président sortant (séance publique), il est prévu la passation des pouvoirs entre la République de Madagascar et la République de l'Arménie (séance publique), suivra la constitution du bureau de la Conférence, l'adoption du projet d'ordre du jour et d'ordonnancement des travaux, l'examen des demandes d'adhésion ou de modification de statut, le huis clos des membres de plein droit sur la situation internationale, un concert gala à la place de la République suivi d'un dîner d'Etat seront les temps forts de cette première journée. Mais à en croire certaines sources, le recul canadien aurait des enjeux politiques bien plus importants.

Même à Lomé, Louise Mushikiwabo bénéficie d'un soutien.

La prochaine CMF se tiendra à Monaco, les 30 et 31 octobre 2019, autour du thème "Réconcilier l'humanité et la planète: perspectives dans l'espace francophone à la veille des 50 ans de l'OIF ".

Le Canada a toutefois tenu à rendre hommage au travail de la secrétaire générale sortante. Madame Michaëlle Jean a évoqué les nombreux partenariats noués par l'OIF avec les différentes organisations régionales présentes sur les cinq continents et souligné l'ardente nécessité de défendre le multilatéralisme. Cette logique a eu raison des critiques qu'a suscitées la candidature Mushikiwabo, en particulier sur son rapport assez lointain avec la francophonie.

Depuis 2006, le Rwanda, par l'initiative du président Paul Kagame a remplacé le Français par l'Anglais comme langue officielle, rejoignant par la même occasion le Commonwealth, qui est la représentation anglophone de la francophonie. "Sans doute pas", écrivaient mi-septembre dans une tribune au quotidien français Le Monde Charles Josselin, Pierre-André Wiltzer, Hélène Conway-Mouret et André Vallini, quatre anciens ministres français chargés de la francophonie. "Le combat fondamental pour notre langue est un combat pour le plurilinguisme", a répété le président français. Sa demande avait à l'époque suscité une levée de boucliers à cause des violations des droits de l'Homme enregistrées dans le pays. Interrogée par l'AFP, Louise Mushikiwabo a récemment affirmé que "la majorité des Rwandais sont contents du système démocratique".

L'Arabie saoudite a annoncé ce jeudi qu'elle retirait sa demande d'adhésion en tant que membre observateur de l'Organisation internationale de la Francophonie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL