Gouvernement: le remaniement avant mercredi

Xavier Trudeau
Octobre 9, 2018

"Je pense que tout le monde est vraiment dans le flou". Or si Edouard Philippe a tout à gagner de ne rien changer dans sa manière de gouverner qui amène certains à lui prédire (un peu vite) un destin à la Pompidou ou Barre, Emmanuel Macron a tout à perdre de ne pas retrouver une manière de parler aux Français plus conforme à son ambition présidentielle de départ.

En amont, le Premier ministre, plutôt partisan d'une réorganisation d'ampleur, pourrait en effet remettre la démission de son gouvernement, pour donner un signal politique fort. C'est alors le collectif Philippe III qui serait annoncé sur le perron de l'Élysée - la version II remontant à l'après-législatives de juin 2017. Le chef de l'État reste moins populaire que son Premier ministre, Edouard Philippe gagne deux points sur les cinq perdus le mois précédent (37%). "Le nombre de bêtises, "fake news", manips, noms jetés en pâture sur le remaniement, c'est vertigineux", a commenté sur Twitter le conseiller du premier ministre, Gilles Boyer.

Invité ce matin de France Inter, Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat au numérique, indique ne pas avoir d'information sur le prochain gouvernement, car "seuls le président de la République et le Premier ministre" ont toutes les informations. Edouard Philippe est ainsi à la recherche d'un "Blanquer de la sécurité", une femme ou un homme issu de la société civile comme l'actuel ministre de l'Education nationale, dont l'autorité sur les dossiers ne saurait être remise en cause. Aussitôt renommé, il pourrait solliciter de l'Assemblée un vote sur une déclaration de politique générale.

"Si le président décide d'un remaniement ample et profond, c'est d'évidence qu'il faudra que le nouveau gouvernement demande la confiance", a fait valoir dans le JDD Richard Ferrand, nouveau président de l'Assemblée et rouage essentiel de la Macronie.

Ainsi le ministre de la Cohésion des Territories Jacques Mézard pourrait être poussé vers la sortie.

Le secrétaire d'État Julien Denormandie pourrait, lui, obtenir un ministère de plein exercice au Logement. Le gouvernement pourrait ainsi accorder une plus large place aux centristes, qui ont donné des signes de mécontentement récemment. ". "Je suis sûre que nous aurons un ministre de l'Intérieur dans les heures qui viennent.", a-t-elle déclaré".

Autre ministre fragilisée: Françoise Nyssen actuellement à la Culture, qui est gênée par une enquête préliminaire sur des travaux d'agrandissement dans les locaux d'Actes Sud, la maison d'édition qu'elle dirigeait auparavant.

Le nom de Marc Fesneau, à la tête des députés MoDem, est cité pour succéder à Stéphane Travert à l'Agriculture. "On ne va pas caler nos comportements sur le comportement de Gérard Collomb", a expliqué dimanche le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qui réfléchit lui-même à une candidature à Paris.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL