Hausse de 0,5% des chômeurs au 3e trimestre — France

Xavier Trudeau
Octobre 28, 2018

Sur un an, la progression du nombre de demandeurs d'emplois en France est de 0,7%. "Au troisième trimestre 2018, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d'emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s'établit en moyenne sur le trimestre à 290 390, indique Pôle emploi". La faible croissance économique de ces derniers mois explique en partie ces chiffres décevants.

Au deuxième trimestre, le nombre de chômeurs (catégorie A) avait très légèrement augmenté (+6700, +0,2%) pour s'établir à 3,70 millions de personnes en France entière, même s'il restait en baisse sur un an (-1,1%).

Ce tableau à l'échelle normande masque quelques nuances départementales. En France métropolitaine, ce nombre augmente de 0,4 % ce trimestre (+0,6 % sur un an). Sur un an, le nombre total des inscrits dans les catégories A, B et C augmente de 0,6%. Et le nombre de demandeurs d'emploi avec ou sans activité, avait également augmenté de 0,2% à 5,94 millions (+1,5% sur un an). Dans le sillage du ralentissement de l'activité, les créations d'emplois marqueraient le pas en 2018 avec 129.000 créations nettes contre 342.000 en 2017 selon l'Insee.

Les données trimestrielles du ministère du Travail sur l'emploi ne sont guère flatteuses. M. Marx a notamment indiqué que "les emplois les moins qualifiés seront peut-être les plus directement impactés" par l'évolution, notamment technologique et numérique.

L'Insee voit le taux de chômage au sens du BIT, départements d'Outre-mer compris, revenir à 8,9% de la population active à la fin de l'année, tandis que la Banque de France, plus pessimiste, l'attend à 9,1%.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud maintient, elle, "l'ambition d'arriver à un taux de 7%" d'ici la fin du quinquennat.

Un enthousiasme à nuancer car derrière la baisse enregistrée en métropole sur un an se cache aussi un essoufflement ces derniers mois.

Sur un an, la tendance est à la baisse (-2,9 %), à un rythme supérieur à celui observé en Nouvelle-Aquitaine (-1,8 %).

Lancé il y a un an, le plan d'investissement dans les compétences d'un montant de 15 milliards d'euros sur 5 ans prévoit la formation d'un million de demandeurs d'emplois et d'un million de jeunes décrocheurs.

Autre levier de l'exécutif, la réforme de l'assurance-chômage qui sera négociée par les organisations patronales et syndicales à partir du 9 novembre sur la base d'une lettre de cadrage du gouvernement. Les discussions ont pour objectif non seulement d'accélérer le désendettement de l'Unedic et de pénaliser les entreprises abusant des contrats courts, mais aussi de revoir les règles qui découragent le retour à l'emploi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL